OGM : leurs effets sur la santé toujours cachés

Durée de lecture : 1 minute

30 mars 2009 / Criigen

Pourquoi les résultats de l’ingestion d’OGM par les animaux de laboratoire restent-ils secrets ? Une pétition demande leur diffusion publique.

Le vendredi 3 avril 2009 à 11h30 le CRIIGEN remet au Ministère de l’Agriculture 78, rue de Varenne à Paris une pétition réunissant 42.137 signatures pour réclamer la transparence des effets des OGM sur la santé. Une conférence de presse se tiendra sur le parvis du Ministère. Les données brutes sont confidentielles pour les entreprises et les gouvernements, en contradiction avec la directive européenne. Des effets significatifs peuvent être contenus dans de nombreux dossiers, y compris celui du maïs MON 810 qui a fait l’objet de tant de débats. L’heure est grave, à l’heure où l’absence de transparence a conduit à des crises financières, et peut tout aussi bien mener à des crises sanitaires prenant en otage la santé des citoyens.

Texte de la pétition :

« Nous citoyens, demandons à la suite du Grenelle de l’environnement, et avec la grande majorité des français et des européens qui s’interroge sur ou remet en cause la nécessité des OGM dans les champs et dans les assiettes, que soient rendus publics les résultats des analyses de sang des animaux qui ont mangé ces OGM pendant le plus long temps possible, et ce pour tous les OGM cultivés ou commercialisés dans l’alimentation des humains ou des animaux en Europe. Cela devra être également effectif avant la commercialisation des nouveaux OGM. Aujourd’hui, seules les compagnies de biotechnologies réalisent ces tests de toxicité pendant 3 mois seulement, avec des mammifères de laboratoire (surtout le rat servant de modèle pour l’humain), et considèrent les résultats bruts comme confidentiels, ce que nous jugeons totalement anormal alors que le monde entier se questionne sur les effets des OGM sur la santé. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.criigen.org/content/view...

Le Criigen est le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique.

17 février 2020
Barbara Stiegler : « Le néolibéralisme est confronté à un mur. Même les élites commencent à douter »
Entretien
17 février 2020
Exclusif : le kit de Reporterre pour aider les maires (et les citoyens) à devenir écolo
Enquête
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien




Du même auteur       Criigen