Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

OGM ou non ? La mutagenèse n’est pas la transgenèse

Le Cetiom explique que la mutagenèse est une technique ancienne, alors que paysans et Faucheurs volontaires ont occupé une station de recherche.

Des manifestants anti-OGM se sont rendus le 26 Août 2009 à Montech pour dénoncer la présence d’OGM dans des parcelles expérimentales de tournesols. Or, il n’y a aucun OGM dans cette culture, dans cette région comme nulle part en France.

Un malentendu s’est introduit avec la technique de sélection variétale utilisée pour la création de nouveaux hybrides de tournesol : la mutagénèse.

Celle-ci n’est pas une technologie de transfert de gène d’une autre espèce et elle est très utilisée en création variétale. De nombreux exemples : en horticulture le chèvrefeuille, la pastèque sans pépin, le riz, le tournesol…

Le CETIOM, qui a réalisé des essais sur ces tournesols tolérants, tient à la plus grande transparence. Des essais ont été réalisés notamment à la coopérative de Bollène-Barjac (84). Le CETIOM a présenté au monde agricole, à la presse ainsi qu’au mouvement des faucheurs volontaires ces essais. Le CETIOM tient régulièrement informé l’ensemble des acteurs (communiqués de presse du 20 mai, 10 juin et 20 juillet 2009). Pour permettre au plus grand nombre de mesurer les enjeux de la relance de la culture du tournesol, le CETIOM a ouvert un dossier spécial sur le site www.cetiom.fr. Le CETIOM est ouvert à toutes demandes d’informations.

La Mutagénèse : une méthode ancienne de sélection

Toutes les agricultures bénéficient de la technique de la mutagénèse depuis plus de 50 ans. La plupart des variétés utilisées en agriculture conventionnelle et biologique en sont soit directement issues soit possèdent dans leurs ancêtres des variétés ayant bénéficié de cette technique.

Un exemple : Le tournesol oléique. Il est cultivé depuis plus de 15 ans en agriculture conventionnelle et biologique. 1 ha sur 2 de tournesol cultivé en France est du type oléique, soit 300 000 ha. 80 % de cette production est destinée à l’alimentation humaine. Le tournesol de type oléique améliore la qualité alimentaire de l’huile au profit des consommateurs.

Les variétés de tournesol tolérant aux herbicides de post-levée ne sont pas des variétés obtenues par la technologie de création des OGM (transgénèse). Il n’y a pas introduction d’un gène d’une autre espèce dans le génome de la plante. La tolérance aux herbicides du tournesol a été obtenue par la technique de la mutagenèse et les variétés ont été développées de façon conventionnelle par croisements successifs. Ces nouveaux hybrides tolérants pourront permettre une meilleure maîtrise du développement des adventices, telle que : l’ambroisie à feuille d’armoise. Cette dernière par son caractère allergène constitue un problème de santé publique.

Sur le plan réglementaire, les herbicides et les variétés de tournesol testés sont évalués avant leur mise en vente dans le cadre des réglementations actuelles (homologation herbicide et inscription variétale). Ces innovations technologiques sont d’ailleurs utilisées depuis plusieurs années chez nos voisins européens (Espagne, …).

........................................

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende