Occupation d’un immeuble vide depuis des années : 53 000 euros !

Durée de lecture : 2 minutes

9 mars 2009 / Jeudi Noir et Droit au Logement



Un immeuble vide depuis des années. Des jeunes éligibles au logement social l’occupent. Le propriétaire les poursuit. Ils sont condamnés à 53 000 euros. La mobilisation contre cette justice protégeant le droit de l’abus de propriété s’organise.

A quelques jours de la fin de la trève hivernale, une propriétaire millionnaire qui laisse son immeuble vide depuis plus de 10 ans bloque les comptes de huit jeunes précaires.

« Déjà que je galère avec ma bourse, si en plus on me la saisit... » s’indigne Jonathan, 24 ans.

Le tribunal du VIe arrondissement de Paris a condamné les habitants à payer 53 525 € à une propriétaire qui reconnaît que son immeuble restera vide encore pendant de nombreuses années. Huit jeunes éligibles au logement social mais en attente d’une place, habitent depuis un an un bâtiment de 250 m² abandonné depuis 11 ans en face du Bon Marché. Tout le quartier et jusqu’au maire de l’arrondissement se plaignent de cet immeuble qui reste vide et défigure le quartier.

Aujourd’hui, leurs maigres économies ont été saisies, leurs comptes sont bloqués jusqu’à ce que cette somme soit rassemblée et leurs projets d’avenir sont compromis. Rarement la situation a été aussi caricaturale et emblématique. Des jeunes endettés pour une propriétaire qui a choisi l’exil fiscal. Le droit des propriétaires piétine le droit au logement.

La propriétaire a refusé les loyers que lui proposaient les étudiants et même leur départ contre l’abandon des poursuites.

Jean-Pierre Lecoq, maire (UMP) du VIe : “C’est une propriétaire excessivement sourcilleuse et procédurière.” “Je ne suis pas pour le squat, mais je peux comprendre leur situation”, nous a-t-il déclaré.

Le collectif Jeudi-Noir et la Fédération DAL donnent l’alerte et appellent à une condamnation unanime du comportement de cette propriétaire qui se moque de sa responsabilité dans la crise du logement et brise les vies des précaires coupables de non-résignation. Nous demandons à la cour d’appel de supprimer cette amende invraisemblable.

Dès à présent, les habitants vous accueillent pour vous faire visiter l’immeuble qu’ils ont rénové et pour vous expliquer les raisons qui les ont poussés à l’occuper.





Source : http://www.jeudi-noir.org/

Présentation du lieu en images : http://www.dailymotion.com/video/x7...

19 septembre 2020
À Plélan-le-Grand, le parc éolien souffle à l’énergie citoyenne
Alternatives
18 septembre 2020
Avec le projet de contournement de Montpellier, la voiture reste reine
Reportage
19 septembre 2020
Le traité Mercosur aurait des conséquences désastreuses pour l’Amazonie
Info