On joue à manger mieux et moins cher - et ça marche !

Durée de lecture : 2 minutes

20 février 2014 / Pascale Solana (Reporterre)

En Rhône-Alpes, des familles changent leur alimentation pour le bio, en augmentant leur plaisir de manger mais pas leur budget


Les défis « familles à alimentation positive », c’est une opération lancée en Rhône-Alpes en 2012 par Corabio (groupement de producteurs bio régionaux…) avec le soutien de la région et du conseil général. Sur le principe d’un jeu-concours en équipes, des familles s’engagent à relever un défi : augmenter leur consommation de produits bio locaux sans dépasser leur budget habituel, tout en se faisant plaisir.

Recrutées le plus souvent dans des centres sociaux, MJC, épiceries sociales, elles sont volontaires, mais au départ généralement peu sensibles à l’alimentation bio à laquelle elles n’ont pas facilement accès.

Ainsi vingt à cinquante familles par « défi », personnes seules ou couples avec ou sans enfants, s’engagent à faire des relevés détaillés de leur comportement alimentaire (dépenses, nombre de convives, lieu d’achats, type de repas…) pendant une période déterminée. Les organisateurs proposent en échange un accompagnement, des visites de fermes, des ateliers jardinage, des cours de cuisine avec des chefs, des conseils en nutrition, des repas partagés, le tout s’achevant par une soirée conviviale avec remise de prix.

Le « défi » de Valence vient de se clore sur les résultats suivants : entre mars et décembre 2013, la part d’achats alimentaire bio des familles a augmenté de neuf points, passant de 24 % au démarrage à 33 % à la fin du défi. Le coût du repas moyen par personne est passé de 2,13 € à 2,83 €.

Un budget à améliorer comparé au défi pilote lyonnais qui s’était déroulé de décembre 2012 à mai 2013. Le coût moyen du repas avait baissé de 0,10 € passant de 2,06 € à 1,96 €, tandis que la part des achats bio, elle, avait augmenté de 8%.

Mais le plaisir a dû être au rendez-vous car 83 % des familles valentinoises qui ont concouru disent qu’elles conseilleraient à leurs amis de relever un défi similaire. Après Lyon, l’opération est essaimée sur de nouveaux territoires, dans le Rhône, en Isère, en Ardèche, et aussi en Bretagne et en Midi Pyrénées.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre

Photo : Familles à alimentation positive

Lire aussi : On économise 8% d’énergie en changeant quelques gestes. Chiche ?


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »




Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)