Parrainer une vache pour aider deux jeunes paysans à s’installer

Durée de lecture : 3 minutes

17 mai 2014 / Marion Baranton et Jérôme Boulanger (Gens du Morvan)

Dans le Morvan, Marion et Jérôme souhaitent lancer leur activité d’élevage bovin et pratiquer une agriculture paysanne et biologique. Pour concrétiser leur projet ils ont besoin de soutien. Et proposent de parrainer une vache de leur futur troupeau !


Nous sommes un couple, non issus du milieu agricole, et souhaitons reprendre une ferme dans le Morvan, en Bourgogne, afin d’y élever des vaches à faible effectif. Par nos pratiques, nous voulons préserver et développer la biodiversité. C’est pourquoi nous désirons pratiquer une agriculture paysanne et biologique.

Nous voulons constituer un troupeau avec deux races mixtes, la Maraîchine et la Ferrandaise, pour pouvoir produire à la fois des produits laitiers (lait cru, yaourts, crèmes desserts, crème fraîche, fromage blanc, beurre) et de la viande (veau et bœuf).

Il nous parait aussi important de commercialiser localement et directement au consommateur des produits finis.

C’est pourquoi nous avons choisi de vendre par le biais d’AMAP, dans le magasin Morvan Bio (Autun) et également d’assurer des livraisons dans des points relais (lycée de Château Chinon, parc archéologique de Bibracte,...) si des groupes suffisamment importants se constituent (minimum de 50 € d’achat par lieu de livraison.

Nous avons la chance d’avoir trouvé une ferme à reprendre qui correspond à nos attentes. Située sur la commune de Larochemillay (Nièvre), au sud du Parc naturel régional du Morvan, la ferme de Couveau se compose d’une grange ancienne en pierre et d’un bâtiment d’élevage. Quarante-cinq hectares de prairies bocagères environnent les bâtiments. Elles sont vallonnées, bordées de forêts et traversées par de petits ruisseaux.

Ce que nous avons déjà...

A l’heure actuelle, nous avons un petit troupeau composé de cinq vaches (dont deux Maraîchines) et d’un taureau, ce qui servira de base pour commencer, mais qui devra être agrandi. Il y a également deux génisses (jeunes femelles) et un jeune bœuf que nous allons garder, mais qui ne sont pas encore matures pour participer à la production.

Nous avons aussi du matériel de fromagerie, de fenaison et de clôture, mais tout reste à compléter.

Enfin nous disposons aussi de plusieurs années d’expérience en élevage bovin, avec de telles pratiques.

Ce qu’il nous manque...

Pour accueillir nos vaches, le bâtiment d’élevage ne nécessite que très peu d’aménagements. Cependant, pour démarrer notre activité, nous devons construire une fromagerie. Il nous faudrait aussi deux vaches supplémentaires pour pouvoir bien commencer.

Le financement

Ce qui nous manque le plus pour l’instant c’est l’accord de prêt d’un banquier. C’est pourquoi nous vous sollicitons, avant d’aller présenter notre dossier dans une banque. Grâce à vous, nous voulons apporter plus de crédibilité à notre projet, face à un banquier, en lui montrant que des gens nous soutiennent. Nous vous proposons alors plusieurs modalités :

- un don ;

- un prêt à moyen terme : nous nous engageons à vous rembourser dans une période de 3 à 7 ans suivant notre installation, soit en numéraire, soit par un équivalent en produits (laitiers et/ou carnés) ;

- un parrainage de vache qui consiste à financer l’achat d’une vache (seul ou à plusieurs). Nous vous donnerons en échange, un équivalent en produits laitiers et/ou en viande ;

- un prêt pour caution sur dix ans : la somme prêtée sera bloquée sur un compte pour servir de caution pour l’emprunt. Elle vous sera restituée lorsque le remboursement de l’emprunt bancaire sera terminé.

Si tout se passe bien, nous devrions nous installer au mois de mai 2015 et commencer à produire en octobre 2015. Nous avons prévu d’aller voir les banques dès fin juin, et au plus tard en septembre 2014.

Nous espérons que notre projet vous intéresse et comptons sur votre soutien.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

rnSource et photos : Gens du Morvan

Lire aussi : Pour sauver sa ferme, Dominique cherche des citoyens pour racheter ses terres

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune