Pégase, l’âne solaire qui sillonne la campagne de Macédoine

Durée de lecture : 2 minutes

27 mai 2013 / Yoann Gibert (L’énergie d’avancer)

Initiative insolite imaginée par deux artistes originaires de Lille, Philémon et Arnaud Verley, le projet Pégase met en scène un âne chargé d’un bât photovoltaïque parcourant la campagne macédonienne.


Initiative insolite imaginée par deux artistes originaires de Lille, Philémon et Arnaud Verley, le projet Pégase met en scène un âne chargé d’un bât photovoltaïque parcourant la campagne macédonienne.

Cet âne high-tech, à mi-chemin entre installation renouvelable et dispositif artistique, explore la campagne de Macédoine depuis une dizaine de jours. Les deux panneaux solaires fixés sur son dos offrent la possibilité aux habitants de la région de brancher leurs appareils électriques les plus divers. Et c’est à proximité de Kavardaci, à une centaine de kilomètres au sud de Skopje (capitale du pays), que les deux lillois ont mis en place leur dispositif Pégase et entamé leurs tests.

« L’âne nous est prêté par un fermier, Angel, un gars enthousiaste, la soixantaine, bras tatoués à l’ancienne, hyperactif, il travaille ses lopins de terre dans les collines avoisinant Vatasa » ont indiqué au site rue89 les deux collaborateurs. « Tous les jours nous tentons d’aller un peu plus loin (…), il nous offre la lumière, la musique, nous chargeons nos appareils photographiques et ordinateurs. Au petit matin, Arnaud s’est rasé. Le dispositif est opérationnel » précisent-ils.

« Déjà, lors d’une de nos marches, nous avons coupé du bois à la scie sauteuse et offert à un jardinier de brancher directement sa tondeuse sur la monture : 1 000 watts, nous atteignons notre maximum. »

Projet tout d’abord vu comme une métaphore de l’hypermodernité, Philémon et Arnaud Verley se sont petit à petit rendu compte que Pégase présente aussi « une dimension réellement terre-à-terre et utilitariste » aux yeux des paysans de la région.

« Nous l’avons présenté à des bergers qui n’ont pas toujours le courant en montagne, et notre monture faisait figure de lumière » concluent-ils, en annonçant leur envie de se diriger vers la frontière grecque et « qui sait, de la franchir ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : L’énergie d’avancer

Photo : Rue89

Lire aussi : En Bretagne, l’autonomie énergétique en marche

16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
18 novembre 2019
Gilets jaunes, un an : une féroce répression contre l’union des colères