Pluie et plantations à Notre Dame des Landes pour « semer la Zad »

Durée de lecture : 1 minute

13 avril 2013 / leparisien.fr


Ils ne veulent pas laisser le champ libre à Vinci. Plus d’un millier d’opposants au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont organisé une manifestation, samedi 13 avril, sur le site dédié au projet. Au programme de la journée, nommée « Sème ta Zad ! », des plantations de pommes de terre ou un curage des fossés.

L’un des groupes a emprunté la RD281, une route barrée de chicanes depuis le début des tentatives d’expulsion en octobre 2012. « Avec les différents chantiers agricoles, nous renforcerons l’implantation dans la durée des occupations sur la Zad », a expliqué à la mi-journée un porte-parole des opposants, monté sur une remorque.

Dans un champ, une vingtaine de militants ont enrichi à l’aide de fumier un grand jardin maraîcher collectif. Dans un autre, des rangs de pommes de terre ont été plantés. Au nord, où la ferme de Bellevue est occupée depuis janvier par des agriculteurs pour éviter sa destruction, plusieurs centaines d’opposants se sont également rassemblés.

[ICI, un reportage télé de 2’05", à voir sur le site francetvinfo.]



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : francetvinfo

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
30 octobre 2019
Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme
15 novembre 2019
Une taxe carbone « juste » pour concilier justice fiscale et écologie




Du même auteur       leparisien.fr