Plus d’un million d’euros dans les poches du PDG de Vinci en 2012

Durée de lecture : 1 minute

1er janvier 2013 / Reuters


Le PDG de Vinci a exercé en décembre des stock-options pour un montant de 1,42 million d’euros, selon un avis de l’Autorité des marchés financiers (AMF) publié lundi 31 décembre.

Selon une déclaration faite au gendarme boursier le 24 décembre, Xavier Huillard a racheté le 20 décembre 40.000 actions au prix unitaire de 35,58 euros.

Le PDG du groupe de BTP avait déjà exercé des stock-options le 24 septembre en deux opérations : une première pour un montant de 403.600 euros au prix unitaire de 20,18 euros, et une deuxième pour un montant de 8.720,30 euros au prix unitaire de 15,035 euros. Il avait dans la foulée cédé les titres ainsi levés (20.580 actions) en deux fois pour un montant total de 711.096 euros.

La différence entre le prix d’exercice de l’option et le prix de vente, soit 298.776 euros représente la plus-value encaissée par le dirigeant.

Toujours selon des documents de l’AMF, Xavier Huillard avait aussi procédé à deux opérations similaires en juin, réalisant une plus-value de 750.465 euros au total (504.500 euros rachetés au prix unitaire de 20,18 euros et cédés à 31,94 euros pour 798.500 euros, et 645.033 euros rachetés au même prix et cédés pour 1,1 million).

Au total, la rémunération du PDG de Vinci par le biais de l’exercice et de la revente de ces stock options atteint 1,05 million d’euros en 2012, selon un calcul de Reuters d’après les données de l’AMF.

En Bourse, l’action Vinci a clôturé l’année 2012 sur un cours de 35,96 euros.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : lenouvelobs.com

Lire aussi le Dossier Notre Dame des Landes

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
3 juillet 2019
Ceta, Mercosur : les accords de libre-échange donnent le pouvoir aux multinationales
Info




Du même auteur       Reuters