Plusieurs manifestations en France pour commémorer Tchernobyl

Durée de lecture : 3 minutes

26 avril 2011 / AFP - Le Parisien



Des manifestations ont eu lieu lundi 25 avril à Strasbourg, Cattenom, Le Blayais et Brennilis pour signifier le refus de l’énergie nucléaire.


En milieu de journée, lundi 25 avril, entre 6 000 à 9 000 manifestants français et allemands - selon les organisateurs, mais 700 seulement selon la police - se sont rassemblés sur le pont de l’Europe enjambant le Rhin et reliant Strasbourg à Kehl. Au son des sirènes, les protestataires, qui arboraient des drapeaux japonais ou ukrainiens, se sont couchés sur l’asphalte pour former un « die in ». Ensuite, ils ont jeté des fleurs dans le Rhin pour rendre hommage aux victimes de ces deux accidents nucléaires majeurs.

Nicolas Hulot présent, mais discret

Le candidat écologiste à la présidentielle Nicolas Hulot a participé à cette manifestation, mais il n’a pas pris la parole publiquement. Beaucoup n’ont pas caché leur méfiance et ont ironisé sur le caractère très récent de la « conversion » antinucléaire de l’ancien animateur de l’émission télévisée Ushuaïa. En aparté, ce dernier a expliqué à des journalistes que la sortie du nucléaire était désormais « un objectif prioritaire », soulignant que la catastrophe de Fukushima avait achevé de le convaincre sur ce point.

Tous réclamaient la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim, la plus ancienne en exploitation en France. Les organisateurs ont également ironisé sur le fait que, à en croire des spécialistes officiels français de l’époque, le nuage radioactif de Tchernobyl se serait arrêté en 1986 à la frontière allemande.

Alors que le gouvernement français a ordonné un audit de toutes les installations nucléaires du pays, cinq autres manifestations antinucléaires ont eu lieu en même temps sur d’autres ponts sur le Rhin, entre Bâle (Suisse) et Strasbourg. Ainsi sur le pont entre Marckolsheim et Sasbach, 3500 manifestants selon les organisateurs (1 500 selon la police allemande) à s’être déplacés, les trois-quarts venant d’Allemagne, indique le site du quotidien « l’Alsace »

Rassemblement à Cattenom

Français, Luxembourgeois et Allemands : au moins 3 000 personnes, selon les organisateurs (2 000 selon la préfecture), ont manifesté près de la centrale de Cattenom, en Moselle. Cette centrale dispose de quatre réacteurs de 1 300 mégawatts chacun, mis en service entre 1986 et 1992, il s’agit de la septième centrale au monde en puissance installée, et de la deuxième en France pour sa production d’électricité. Elle est voisine du Luxembourg et de l’Allemagne.

Pique-nique à la centrale du Blayais

En Aquitaine, de 600 à 1 000 personnes, selon la gendarmerie et les organisateurs, ont pique-niqué face à la centrale nucléaire du Blayais, au nord de Bordeaux. Les manifestants ont demandé la fermeture de cette centrale, qui aura 30 ans en juin, et de « tous les réacteurs de plus de trente ans ». Le président de l’association Tchernoblaye affirme qu’elle est « l’une des plus dangereuses de France » car « elle est inondable, ainsi que sa route d’accès, comme l’a montré la (tempête) de décembre 1999 ».

Manifestation à Brennilis

En Bretagne, quelque 800 personnes, selon les organisateurs, se sont rendues en cortège dans une ambiance bon enfant devant la centrale nucléaire de Brennilis (Finistère). Réacteur expérimental à eau lourde construit dans les années 1960, Brennilis a cessé de fonctionner en 1985 mais son démantèlement, qui s’est révélé beaucoup plus complexe que prévu, n’est toujours pas achevé 25 ans plus tard.






Source : http://www.leparisien.fr/environnem...

Hulot favorable à la sortie du nucléaire

26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage
25 septembre 2020
En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan social
Enquête
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage