rassemblement devant le Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin)

Le mardi
3
juillet


EXIGEONS LA RECONNAISSANCE DES CRIMES INDUSTRIELS ET ENVIRONNEMENTAUX

Le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) montre que 9 personnes sur 10 respirent un air contenant des niveaux élevés de polluants. Les dernières estimations révèlent aussi que 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution. C’est ainsi qu’un 1 décès sur 6 dans le monde est causé par la pollution.

Pour toutes ces raisons et face à l’épidémie de scandales sanitaires et des maladies liées à des facteurs environnementaux, nous avons décidé d’organiser une marche baptisée vérité et justice pour la santé environnementale qui s’est lancée le premier mai de Fos-sur-mer pour arriver à Paris le 30 juin. Notre marche s’achèvera devant le Parlement européen le 3 juillet car c’est bien aussi au niveau de l’Union Européenne que des décisions doivent être prises pour sortir les agences sanitaires de leurs liaisons dangereuses avec les multinationales qui les intoxiquent. Cette marche est portée et soutenue par plus de 150 associations, collectifs de citoyens, personnalités scientifiques et culturels et élus.

Les crimes industriels et environnementaux doivent être punis à la hauteur des catastrophes collectives qu’ils engendrent. Ce doit être à l’industriel d’apporter la preuve de l’innocuité des produits auxquels il nous expose et non à la victime de prouver le lien de causalité entre sa pathologie et le produit suspect.
Le crime industriel doit devenir une infraction pénale reconnue comme une catastrophe collective, organisée de façon consciente, avec en circonstance aggravante, un nombre important de victimes. En France, on ne peut aborder ces scandales sanitaires que sous l’angle de l’« homicide involontaire », ce qui limite considérablement les peines.

Nous voulons en finir avec ces serial killers cancérogènes que sont l’amiante (aujourd’hui interdite), les pesticides, les produits toxiques en tout genre présents dans les sols, l’air ou la malbouffe comme les additifs alimentaires dangereux pour la santé.

Nous ne voulons plus mourir empoisonnés, ni être des cobayes des multinationales !
Nous exigeons de l’Union européenne un renforcement de sa réglementation pour bannir du marché européen les produits toxiques dangereux pour la santé, pour renforcer sa législation pour la protection de la qualité de l’air et de l’eau. Nous lui demandons de purger de ses agences toutes les personnes en situation de conflit d’intérêt afin de garantir une expertise et une évaluation des produits indépendante.

Rassemblons nous devant le Parlement européen le 3 juillet pour dénoncer la porosité de l’UE avec les lobbys industriels qui nous empoisonnent et pour réclamer une meilleure protection de notre santé par une meilleure prise en compte du facteur environnemental.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : http://marchedescobayes.org/

Strasbourg devant l’entrée du Parlement européen
entre 9h et 13h
= Mardi 3 juillet 2018

20 novembre 2018
La Polynésie marquée à jamais par les essais nucléaires français
Info
17 novembre 2018
Ils roulent à vélo cargo et en sont très heureux
Alternative
10 novembre 2018
Gabriel, paysan pris à la gorge par une administration aveugle
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre