Pour fêter l’accord sur le climat, une inauguration d’autoroute

Durée de lecture : 2 minutes

13 décembre 2010 / Stop Autoroutes

Mardi 14 décembre, l’Etat français et de nombreux élus locaux inaugureront l’autoroute A 65, qui relie Pau à Langon : un nouveau pas dans la lutte contre le changement climatique...


Lettre ouverte à M. Nicolas Sarkozy

L’inauguration de l’A65 en guise de clôture du sommet de Cancun ?

Monsieur le président,

La presse s’est récemment faite l’écho de votre intention d’inaugurer officiellement l’autoroute Pau-Langon dite également A65, mardi 14 décembre 2010. C’est finalement le secrétaire d’Etat au Transport qui représentera l’Etat français à l’occasion de l’inauguration de l’A65.

Le sommet de Cancun sur le climat s’est clos le 10 décembre. Comment la France peut-elle prétendre accéder à une certaine crédibilité internationale en affirmant vouloir baisser significativement ses émissions de gaz à effet de serre tout en multipliant des infrastructures qui auront un impact notable et durable sur nos émissions de CO2 ? Les postures internationales adoptées par notre pays et l’action politique au quotidien doivent être cohérentes, au risque de sombrer dans un double discours inaudible et irrespectueux des acteurs associatifs et des citoyens impliqués.

Cette inauguration officielle serait un symbole d’autant plus fort que l’A65 est l’arbre abattu qui cache une forêt landaise sacrifiée sur l’autel du tout-bitume. En effet, un schéma national des infrastructures de transport (SNIT) est actuellement préparé par la ministre de l’Ecologie et son secrétaire d’Etat au Transport. Or, ce SNIT fait une fois encore une large place à une relance massive du programme autoroutier, avec plus de 1091 kms programmés.

Malgré les discours qui ont rythmé le Grenelle de l’environnement, la réalité politique est moins verte que prévue. Sous un vernis faussement écologique, l’A65 est présentée comme une « éco-autoroute » alors que cette autoroute est au contraire « grenello-destructrice », tant du point de vue des milieux naturels que du climat.

Ce crime contre l’environnement, perpétré avec une petite dose de bonne conscience, ne peut que nous scandaliser au regard des enjeux climatiques et énergétiques. En effet, comment expliquer qu’un opérateur privé puisse dévaster des milieux écologiques exceptionnels en justifiant cet infrastructure à partir d’évaluations de trafic routier totalement farfelues, prévoyant, rien de moins, qu’un doublement du trafic d’ici à 10 ans ?

La protection de l’environnement ne peut être conduite les seules années paires ou impaires. Elle ne peut non plus se réduire à une vague communication superfétatoire justifiant, à rebours, l’inauguration d’infrastructures écocides.

Modestement mais avec l’ambition d’être entendus, nous demandons à l’Etat français de ne pas être présent à l’occasion de cette inauguration, et ce afin de ne pas justifier et soutenir l’une des pires réalisations de votre quinquennat.

Vous remerciant par avance de l’attention que vous porterez au présent courrier, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de nos salutations les plus respectueuses.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.facebook.com/note.php?no...

Lire aussi : Borloo continue d’artificialiser le territoire http://www.reporterre.net/spip.php?...

6 novembre 2019
Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser
20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?
21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie