Pour les grandes ONG, Notre Dame des Landes est « un enjeu national »

Durée de lecture : 4 minutes

26 octobre 2012 / Le Télégramme

Plusieurs grandes associations d’environnement et des syndicats ont demandé solennellement au premier ministre à stopper le projet d’aéroport.


C’est par une lettre ouverte commune à Jean-Marc Ayrault que les onze organisations ont décidé de faire entendre leurs voix dans le dossier du futur aéroport nantais.

« Nous appelons le Premier ministre à remettre en cause ce projet d’aéroport qui aura une incidence significative sur le budget de l’Etat, un impact irréversible sur plus de 2.000 hectares de zones humides et terres agricoles et sur nos émissions de gaz à effet de serre », expliquent les 11 organisations, qui tenaient une conférence de presse commune jeudi 25 octobre à Paris.

Greenpeace, Les Amis de la Terre, Réseau action climat, la Confédération paysanne ou encore Attac ont rappelé leur « soutien plein et entier » aux opposants au projet de nouvel aéroport. Et leur volonté de faire de Notre-Dame-des-Landes « un enjeu national ». Déjà, au niveau local et national, EELV, le Parti de Gauche et le MoDem y sont opposés.

Par ailleurs, elles appellent « avec la plus grande fermeté » le gouvernement de l’ex-maire de Nantes « à cesser les expulsions des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ».

Pour ces organisations, « le déploiement de force auquel nous assistons actuellement à Notre-Dame-des-Landes ne fait que renforcer notre détermination à contester ce projet d’infrastructure ».

Depuis une semaine, les forces de l’ordre procèdent sur le terrain destiné au futur aéroport à des expulsions de maisons illégalement occupées et à des destructions de ces habitations.


Paris, le 25 octobre 2012

Lettre ouverte à l’attention de Monsieur le Premier ministre

Aéroport de Notre-Dame desLandes : Pourquoi cet entêtement ?

Monsieur le Premier ministre,

Depuis maintenant une semaine, les forces de l’ordre tentent de déloger les opposants au projet de nouvel aéroport de Notre-Dame des Landes situé à quelques encablures de Nantes. Malgré un dispositif policier impressionnant et une violence disproportionnée, la résistance s’organise. Ce projet, loin de faire l’unanimité, incarne avec limpidité les dérives d’un pouvoir obnubilé par le faste de grands projets dont l’utilité est clairement remise en question.

Ce projet, né à la fin des années 1960, est un cas d’école, à plus d’un titre. A l’heure où le gouvernement porte au pinacle sa fameuse méthode de concertation, comment expliquer ce déploiement de force ? Quelques semaines avant le débat sur la transition énergétique, alors que le ministère des Transports vient de créer une commission dont la vocation est de réétudier lesprojets d’infrastructures, il est peu de dire que la brutalité avec laquelle vous cherchez à imposer ce projet d’aéroport sème le trouble.

C’est un signal extrêmement négatif à la veille d’un débat sur la transition énergétique prétendu ouvert, démocratique et transparent. Paradoxalement, l’une des premières décisions faisant suite à la conférence environnementale consiste à mobiliser plusieurs centaines de gendarmes afin devenir en aide à la multinationale Vinci pour qu’ils puissent débuter l’expulsion, à la veille de la trêve hivernale des habitants et la destruction de 2000 hectares de zone humide et terres agricoles sur laquelle vivent des paysans.

Il est grand temps de mettre un terme à cette écologie de façade qui passe sous silence, localement, la prorogation d’un modèle destructeur. Alors que le dérèglement climatique est désormais incontestable, que le prix des carburants ne cesse d’augmenter, que la destruction des écosystèmes s’accélère,que l’artificialisation des terres agricoles se poursuit, est-il bien raisonnable d’investir plus de 250 millions d’euros d’argent public pour aider une multinationale à saccager notre environnement ?

La détermination dont vous faites preuve pour imposer ce projet inutile est incompréhensible. La transition énergétique que nous appelons de nos vœux et que vous prétendez viser requiert de la détermination, de la constance et de la ténacité. En soutenant coûte que coûte ce projet d’aéroport, vous affichez votre incohérence. Après cinq années durant lesquels l’inconstance politique a été érigée en modèle, nous ne nous satisferons pas d’un double discours.

Nous vous demandons de mettre un terme immédiat aux expulsions des opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes et aux destructions des habitations. Nous nous opposons à ce projet d’aéroport inutile, coûteux et clairement contradictoire avec les objectifs de la France en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

Comptant sur votre écoute, nous vous prions de recevoir, Monsieur le premierministre, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Didier Aubé,

Secrétaire nationale de Solidaires

Jean-Baptiste Ayrault,

Président de Droit au Logement

Philippe Colin,

Porte-parole de la Confédération paysanne

Philippe Colomb,

Président d’Agir pour l’Environnement

Pierre-Jean Delahousse,

Président de Paysages de France

Jean-François Julliard,

Directeur de Greenpeace France

Martine Laplante,

Présidente des Amis de la Terre

Pierre Perbos,

Président du Réseau Action Climat France

Jean Sivardière,

Président de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers desTransports

Aurélie Trouvé et Thomas Coutrot,

Co-présidents d’Attac France

François Veillerette,

Porte-parole de Générations futures



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :
- Le Télégramme
- La déclaration des organisations

14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
30 octobre 2019
Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »




Du même auteur       Le Télégramme