Pourquoi les inégalités dans le monde sont-elles si importantes ?

17 octobre 2017 / Sous la direction de Bertrand Badie, Dominique Vidal

  • Présentation du livre par son éditeur :

Depuis plusieurs années, et singulièrement après la crise financière de 2008, les inégalités sont redevenues un thème d’actualité. Des best-sellers internationaux se consacrent à cette question trop longtemps négligée. Des ONG publient des chiffres alarmistes qui illustrent le fossé croissant entre les pauvres, qui paraissent toujours plus nombreux et vulnérables, et les ultra-riches, qui ne savent plus comment dépenser leurs gigantesques fortunes. D’Athènes à Caracas, de Madrid à New York, de Hong Kong à Ouagadougou, les mouvements populaires qui placent la lutte contre les inégalités au cœur de leur programme se multiplient et prennent de l’ampleur.

Mais, derrière les slogans, comment appréhender et mesurer précisément ces inégalités qui pèsent de plus en plus sur l’agenda international ? Politiques, économiques, sociales, raciales, culturelles ou sexuelles : comment s’enchevêtrent les différentes facettes des inégalités ? Pourquoi les institutions internationales, elles-mêmes très inégalitaires, échouent-elles presque toujours à atteindre les objectifs qu’elles se sont fixés en matière de « développement » ? Pourquoi l’accès à l’alimentation, au logement, à l’éducation ou à la santé reste-t-il à ce point inégalitaire ? L’injustice ressentie par de nombreuses populations favorise-t-elle les conflits et la violence politique ?


  • Un monde d’inégalités. L’état du monde 2016, sous la direction de Bertrand Badie, Dominique Vidal, éditions La Découverte, septembre 2017, 342 p., 11,5 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : 62 personnes possèdent autant que la moitié des habitants de la planète
14 juillet 2018
BD - Gentilles les fourmis ? Pas, mais vraiment pas les fourmis envahissantes
Info
12 juillet 2018
Énergies renouvelables : les prix baissent, l’avenir s’ouvre
Chronique
13 juillet 2018
Les bergers qui ne criaient pas « Au loup ! »
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre