Poursuivis en justice parce qu’ils veulent vivre dans une yourte

Durée de lecture : 2 minutes

18 décembre 2013 / Thierry Dubourg (Midi Libre)

Un couple d’agriculteurs de Gignac (Hérault) est poursuivi pour avoir installé une yourte, sur leur terrain, sans permis.


Arnaud Masson et sa compagne Véronica redoutent de se retrouver à la rue. Le jeune couple, avec un enfant de 18 mois, habite une yourte sur leur terrain dans la campagne gignacoise. Un terrain utilisé pour le maraîchage bio, depuis deux ans. Le couple vit de ce travail, Arnaud cotisant à la Mutualité sociale agricole.

Un flou juridique

Pour être à proximité de leur exploitation, le couple a installé une yourte sur le terrain. Ce qui a fait l’objet d’un signalement et d’un constat, l’affaire remontant jusqu’au procureur de la République. Qui a décidé de poursuivre le couple devant le tribunal correctionnel pour cette installation sans permis de construire, ainsi que pour un abri de jardin de plus de 10 m2, une caisse de camion servant à la production d’énergie notamment solaire, une caravane et une piscine gonflable.

« Ce n’est pas normal qu’une yourte et une maison soient considérées de la même façon en matière d’urbanisme », explique Arnaud Masson. Qui regrette le flou juridique autour de la yourte, alors qu’elle est totalement démontable.

« Ce n’est pas un squat »

Le couple de trentenaires explique que c’est pour eux un « choix de vie alternatif. Il faudrait soit avoir une maison, soit être nomade. Entre les deux, il n’y a rien. Il serait normal de reconnaître que des personnes veulent vivre différemment et que l’on légifère par rapport à ça », explique Arnaud. La possibilité pour les agriculteurs de construire une habitation sur leur exploitation est de plus en plus restreinte.

« Ce n’est pas tenir compte des journées entières à être sur notre exploitation. Par ailleurs, les vols de récoltes et de matériel sont de plus en plus fréquents. Notre projet de vie est sérieux, ce n’est pas un squat », explique Véronica.

Leur démarche est sincère

Le couple est soutenu par la Confédération paysanne et l’association Halem France (habitants des logements éphémères et mobiles). « Les jeunes agriculteurs qui veulent s’installer dans la région sont confrontés au problème du logement », reconnaît Paul Reder, de la Confédération paysanne. Qui ne conteste pas la loi restreignant l’installation des agriculteurs sur leur exploitation.

« Il y a une telle spéculation foncière que des agriculteurs ont profité de ce droit pour revendre ou louer et habiter ailleurs. Nous comprenons cette loi qui anticipe les dérives. Mais c’est regrettable qu’elle ne soit pas capable de s’adapter à une démarche sincère. La nouveauté de ce type d’habitat effraye les gens, alors que l’impact écologique est minimal. Si tout le monde habitait dans des yourtes, il y aurait beaucoup plus de place pour l’agriculture », plaisante Paul Reder. Le dossier sera devant les magistrats jeudi 19 décembre.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Midi Libre

Lire aussi : Dans les Deux-Sèvres, une coopérative fabrique quarante yourtes par an.

20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête




Du même auteur       Thierry Dubourg (Midi Libre)