Prendre soin des autres vivants, et donc du monde

Durée de lecture : 1 minute

3 juillet 2020 / Corine Pelluchon



Corine Pelluchon, dans « Réparons le monde », conduit une réflexion sensible sur la transition écologique et la vulnérabilité, qui insiste sur ce qui peut nous aider à modifier nos comportements, que ce soit à l’égard des animaux, de la nature ou des personnes les plus fragiles.

  • Présentation du livre par l’éditeur :

Notre capacité à relever le défi climatique et à promouvoir plus de justice envers les autres, y compris envers les animaux, suppose un remaniement profond de nos représentations sur la place de l’humain dans la nature. Dès que nous prenons au sérieux notre vulnérabilité et notre dépendance à l’égard des écosystèmes, nous comprenons que notre habitation de la Terre est toujours une cohabitation avec les autres.

Ainsi, l’écologie, la cause animale et le respect dû aux personnes vulnérables ne peuvent être séparés. De plus, la conscience du lien qui nous unit aux autres vivants fait naître en nous le désir de réparer le monde et de transmettre une planète habitable. C’est à cette éthique qui n’a rien à voir avec des injonctions moralisatrices et culpabilisantes que ce recueil ouvre la voie.

  • Réparons le monde. Humains, animaux, nature, Corine Pelluchon, Rivages poche, mars 2020, 8,80€.



24 septembre 2020
Journalistes et ONG vent debout contre les nouvelles mesures de maintien de l’ordre
Info
23 septembre 2020
En Allemagne, les activistes d’Ende Gelände repartent au charbon
Info
26 septembre 2020
Mobilisation climat : faisons place à la vie
Tribune