Quand Vinci s’interroge sur « l’acceptabilité »

Durée de lecture : 2 minutes

29 mai 2013 / La Lettre à Lulu


L’acceptabilité, ça s’impose
Vinci travaille sur les outils de séduction pour faire passer ses projets.

On peut se marrer en piochant dans la littérature de « La Fabrique de la Cité », un think tank créé en 2008 par Vinci. Cet édito de Remi Dorval, son président*, est collé en préambule d’un rapport intitulé De l’acceptabilité à l’adhésion, synthèse du séminaire international annuel de La Fabrique-machin, tenu du 29 au 31 août 2012 à Amsterdam.

Surtout, ne jamais penser à Notre Dame-des-Landes en lisant ça : « Comment dépasser les oppositions multiformes qui s’élèvent régulièrement contre la construction des grands équipements urbains ? Comment susciter l’adhésion nécessaire à la mise en œuvre d’infrastructures décidées au nom de la rénovation urbaine, de la promotion du lien social ou de la dynamisation économique d’un territoire ? ».

C’est vrai, ça : comment ? Mais attendez, ce n’est pas tout : « Comment évaluer les divers coûts induits par la recherche de l’adhésion des citoyens (retards de construction, modifications des plans initiaux, campagnes d’information et de communication, etc) ? Comment enfin dépasser les oppositions locales et régler les conflits qui apparaissent inévitablement dans le processus de construction urbaine ? ».

Comme si cette « Fabrique de la cité » ouvrait un département fabrique du consentement, histoire de transformer la résistance à une adhésion, un accord qu’on renommera « demande »,enfin parfaitement adaptée à l’offre.

L’étude conclut que « les investissements permettant de susciter l’adhésion représentent une dépense assurancielle face à un risque de non-adhésion qui pourra bloquer la réalisation de l’équipement et engendrer des coûts bien plus élevés ». Dans le bocage nantais, y aurait comme un hic.

Remi Dorval dit le fond de la pensée : « la légitimité démocratique ou la maîtrise de l’expertise ne suffisent plus pour imposer des décisions engageant l’avenir d’un territoire ». Ces braves dirigeants de Vinci rêvent donc de décisions à imposer. Une décision soumise à impôt, ça rapporte combien en recettes fiscales ?

..............................................................

* Ce n’est pas son vrai métier, ce Dorval est d’ordinaire directeur délégué de la recherche et développement de Vinci pour l’Europe.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel de La Lettre à Lulu à Reporterre.

Ilustration : Urbanews

Le n° 80 de La Lettre à Lulu vient de paraître.

Photo : Lesartsdécos

Lire aussi : L’assemblée générale de Vinci tourne au cauchemar pour le PDG