Quand l’animal devient un nouveau messie... Les dangers de l’antispécisme

Durée de lecture : 1 minute

26 février 2020 / Ariane Nicolas



« L’imposture antispéciste » se penche sur un courant, l’antispécisme donc, qui dispose de théoriciens influents et de relais politico-médiatiques. Pour Ariane Nicolas, il est le symptôme d’une société qui s’invente une idéologie pour mieux affronter le vide qui la ronge.

  • Présentation du livre par son éditeur :

L’antispécisme exige aujourd’hui violemment la « libération » des bêtes. Cela supposerait d’interdire tout produit d’origine animale, ainsi que des pratiques jugées « oppressives » (équitation, chasse, corrida, zoos…), voire de préférer la vie d’un chimpanzé à celle d’un handicapé mental. L’antispéciste est au végane ce que l’intégriste est au croyant.

Ce courant dispose de théoriciens influents, comme Peter Singer, et de relais politico-médiatiques, comme l’association L214 ou le Parti animaliste. Or la disposition des animaux à souffrir ne suffit pas à leur donner des droits fondamentaux sur le modèle des droits de l’homme. Il est également malhonnête d’enrôler dans une telle cause le féminisme et l’antiracisme. Enfin cette utopie cache mal ses liens avec le transhumanisme…

Les « libérateurs » des animaux apparaissent alors davantage comme le symptôme d’une société qui s’invente une idéologie pour mieux affronter le vide qui la ronge : productivisme sans fin, industrie agro-alimentaire devenue folle, perte du lien social, destruction de la planète... Mais ce n’est pas en faisant de l’animal un nouveau messie que nous infléchirons notre destin.

Ariane Nicolas est journaliste indépendante. Ce livre est son premier essai.




3 juin 2020
À Lille, précaires et habitants se battent pour préserver une immense friche urbaine
Alternatives
2 juin 2020
Dans les Balkans, bergers et biologistes s’unissent pour sauver les derniers vautours
Reportage
2 juin 2020
La voûte céleste envahie par les milliardaires du numérique
Tribune