Quand les députés européens détournaient l’argent public

Durée de lecture : 2 minutes

14 juin 2011 / Euractiv


Un rapport de 2008 dénonce les fraudes commises par des députés européens dans l’utilisation des salaires des assistants. La Cour de justice de l’UE veut forcer le Parlement à le rendre public. EurActiv.fr publie le texte.

Avant les élections de 2009, les règles encadrant la gestion des 15.222 euros mensuels de l’époque mis à disposition de chaque parlementaire européen (732) pour payer leurs assistants étaient très larges et souvent considérées comme trop laxistes.

Au point que le député européen Robert Galvin a été chargé, entre 2006 et 2008, de rédiger un rapport sur les possibles abus. Un audit interne couvrant la période 2004-2005 et l’utilisation de ces fonds publics a servi de base d’étude.

167 dossiers contractuels ont été examinés. Mais les parlementaires européens ont décidé de ne pas rendre le rapport public. Ses conclusions sont pourtant accablantes pour l’institution et ses membres.

La Cour de justice de l’Union européenne vient toutefois de juger ce refus contraire au droit et demande sa publication avec celle de l’audit. Le Parlement européen peut encore faire appel de cette décision.

Le rapport a déjà discrètement filtré. Il est disponible sur le site wikileaks. 92 pages détaillent les faits révélés par l’audit et proposent des pistes de réformes.

Le texte révèle par exemple qu’un député versait l’intégralité des 15.222 euros à une société prestataire de services censée rémunérer ses assistants (service provider firm), alors que le parlementaire n’en avait déclaré aucun. Dans un autre cas, l’argent allait à une entreprise qui n’avait aucune activité en 2004, avant que l’audit commence. Le rapport ne précise pas ce qu’est devenu l’argent.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.euractiv.fr/deputes-euro...

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie




Du même auteur       Euractiv