Quand les députés rêvaient d’un EPR en Russie

Durée de lecture : 1 minute

22 février 2013 / Reporterre




Pendant que l’EPR de Flamanville voit ses coûts s’envoler, un lecteur nous fait découvrir une perle : en 1998, dans un rapport parlementaire, les députés Claude Birraux, Jean-Yves Le Déaut et Henri Révol envisageaient avec espoir la vente d’EPR à la Russie.

Dans un « adenda » ajouté juste avant publication, le rapporteur écrivait :

"La recherche de partenaires me paraissait indispensable pour donner une assise et une vocation européenne au projet EPR.

Depuis la présentation de mon rapport, cette question a sensiblement évolué et les perspectives se sont précisées lors de la rencontre entre les premiers ministres français et russe.

A l’issue de la réunion de la Commission franco-russe, le Secrétaire d’Etat à l’industrie a été chargé de mener les négociations avec les partenaires allemands et les autorités russes pour intégrer la Russie à la fois en qualité de partenaire à part entière du projet et de pays où pourrait être construit un EPR.

Votre rapporteur a été informé qu’à la demande du nouveau ministre du Minatom, E. Adamov, formulée en avril 1998 à FRAMATOME ainsi qu’au Secrétaire d’Etat à l’industrie, NPI, FRAMATOME et SIEMENS ont rencontré l’Institut OKBM de Nijni-Novgorod que le ministre du Minatom a chargé de ce dossier en mai dernier."






Source : Reporterre

Lire aussi : EPR : l’épée de Damoclès qui pourrait empêcher sa mise en service



Documents disponibles

  Sans titre
21 janvier 2021
Cinq propositions pour sortir la montagne du tout-ski
Tribune
15 janvier 2021
Sortir de l’élevage intensif pour échapper aux pandémies
Tribune
4 mars 2021
En France, la disparition de la biodiversité s’accélère
Info




Du même auteur       Reporterre