Rencontre de Reporterre : à Paris, le 24 mars, « Manger local à Paris est-il possible ? »

Durée de lecture : 1 minute

19 mars 2018



Se nourrir localement à Paris est il possible ? Alors que la demande pour une nourriture bio et locale augmente, des obstacles entravent toujours le bon développement d’une alimentation alternative, adaptée aux enjeux climatiques contemporains. La soirée « Manger local à Paris est-il possible ? » organisée par Reporterre dans le cadre de la Nuit des débats a pour but de dresser un état des lieux de la situation, d’identifier les blocages et les moyens de les contourner pour que, enfin, se nourrir local (et de bonne qualité) dans la capitale devienne la norme.

Samedi 24 mars, à 20 h, à la Ruche, 24 rue de l’Est, dans le 20e arrondissement

Samedi 24 mars, à 20 h, à la Ruche, 24 rue de l’Est, dans le 20e arrondissement

  • métros Gambetta (ligne 3) ou Jourdain (ligne 11).

Les intervenants :

  • Gaspard Manesse, maraîcher dans le sud des Yvelines, installé en bio et en Amap, membre de la Confédération paysanne ;
  • Maud Granger Remy, coprésidente du réseau Amap Ile-de-France ;
  • le débat sera animé par Quentin Heim, de Reporterre.

L’entrée est libre, mais seules 45 places sont disponibles, il faut donc réserver ici.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Lire aussi : Je vis écolo et ça ne me coûte pas plus cher !
2 juin 2020
La voûte céleste envahie par les milliardaires du numérique
Tribune
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
3 juin 2020
« Laissez-nous respirer » : un rassemblement massif dénonce les violences policières en France et aux États-Unis
Reportage