Représentations de la pièce « le Cauchemar du préfet » en Loire-Atlantique, Mayenne et Vendée

31 janvier 2017



Le Cauchemar du préfet, pièce de théâtre écrite, mise en scène et jouée par Patrick Grégoire. Représentations ces jours-ci (voire plus bas) dans l’ouest de la France.

Combien de citoyens s’inquiètent aujourd’hui pour le sort de la planète ? Combien de climatologues doutent de ses capacités de résistance face aux agressions humaines ? Combien sommes-nous à penser que le monde court à sa perte si nous continuons à surconsommer à outrance sans aucun respect pour la terre ? Ceux qui tirent profit de cette surconsommation peuvent bien acheter tous les media et pantins politiques du monde, ils sont moins crus chaque jour. Pourtant, rien ne change. Nous visons une paralysie qui s’habille de bonnes intentions promotionnées par de grands et réguliers colloques et forums.

Partout, des citoyens luttent parce qu’ils savent que la guerre déclarée à la terre est la dernière folie humaine. Mais ils n’inversent pas le mouvement. Le réchauffement climatique a de beaux jours devant lui, comme en ont les déforestations, les désertifications, les extractions d’énergies fossiles, les accidents nucléaires, les exodes des réfugiés climatiques, etc.

Tout extra-terrestre débarquant sur notre planète se demanderait : « Pourquoi n’arrêtent-ils pas tout cela ? Comment ont-ils pu devenir aussi fous ? » Le diptyque que j’ai écrit sur la lutte des opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, à savoir « Les tritons prendront l’avion » et « Le cauchemar du Préfet » pose cette question : Pourquoi ? Mais elle pose surtout la question « Pourquoi pas ? »

En prenant comme référence l’histoire du Préfet qui, un jour, décide de déposer les armes et dit non parce que sa conscience lui dit que ça n’est plus possible. Ce diptyque évoque cette conscience individuelle si chère à Hannah Arendt. Celle qui fait qu’un homme, un jour, se lève et dit non quand tous disent oui. Quelle force pousse cet homme à sortir du chemin bien tracé qui l’emmène vers les honneurs et la puissance, pour regarder autour de lui et penser « ça ne peut plus durer » en sachant que cette pensée va engager des actes qui peuvent le précipiter dans le fossé.

Les dates prévues dans l’ouest de la France :

- Mardi 31 janvier, mercredi 1, jeudi 2 et vendredi 3 février 2017 à
21h00 TNT à Nantes, 11 allée de la maison rouge (résa :
02.40.12.12.28)
- Samedi 4 février, 20h30h, lycée expérimental, 17 Boulevard René
Coty, 44600 Saint-Nazaire
- Dimanche 5 février, 17h, quelque part dans la ZAD de Notre Dame des
Landes.
- Mercredi 8 février 2017 à 20h30 - Maison de Quartier Pont Morineau
à la Roche sur Yon, 16 rue Roger Salengro (85) (résa : 06.75.60.44.07
– 06.04.15.79.15)
- Vendredi 10 février 2017 à 20h30 – Centre Socio-Culturel François
Rabelais, à Changé, 1, place Victor Hugo (72) (résa : 02.43.40.13.04)
- Samedi 11 février 2017 à 20h30 – Centre Baptiste Marcet ,à
Bouguenais, 2 Rue Célestin Freinet (résa : 06.14.77.08.83)

Source : Courriel à Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
26 avril 2017
L’habitat participatif ré-invente tranquillement le vivre ensemble
Alternative
27 avril 2017
Surplombant les politiques, le lourd et discret poids des multinationales
Tribune
10 avril 2017
Le programme Environnement de Marine Le Pen : pour les voitures et pour le nucléaire
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre