EN BÉDÉ - Retrouver l’espoir au milieu de l’effondrement

Durée de lecture : 2 minutes

10 octobre 2020 / Raphaëlle Macaron et Noël Mamère



Tenaillé par l’obsession de l’effondrement, l’ancien député écologiste Noël Mamère est parti en reportage à travers la France avec Raphaëlle Macaron. Le but : comprendre comment des jeunes et moins jeunes mettent en pratique une façon alternative de vivre.

  • L’avis de Reporterre :

Tenaillé par l’obsession de l’effondrement, l’ancien député écologiste Noël Mamère est parti en reportage à travers la France. Le but : comprendre comment des jeunes et moins jeunes mettent en pratique une façon alternative de vivre. Il a fait équipe avec la jeune Raphaëlle Macaron, qui a mis en dessins leurs pérégrinations et découvertes. On va ainsi de la Zad de Notre-Dame-des-Landes à la ferme collective de La Réole en passant par La Bascule, imaginé par Maxime de Rostolan ou la municipalité de Langouët.

La tension du récit est maintenue par la discussion entre Noël Mamère, vieux routier de l’écologie, et la jeune Raphaëlle, originaire du Liban et jusque-là jamais préoccupée de ces questions. Elle va découvrir dans le même mouvement les angoisses écologistes générées par le concept d’effondrement et les nouvelles façons de vivre qu’elle observe avec scepticisme. En définitive, le duo échappe au pessimisme en explorant ces chemins de transition. Une façon originale de mettre en scène un débat écologique. – H. K.

  • Présentation par l’éditeur :

Pour Raphaëlle Macaron, l’effondrement, c’est soit de la science-fiction, soit ce que ses parents lui ont raconté de la guerre au Liban, son pays natal.

Pour Noël Mamère, l’effondrement, ce sont les oiseaux qui ne chantent plus et le pétrole dont il faudra bientôt se passer.

Pour les lecteurs de Pablo Servigne et autres chantres de la collapsologie, ce sont des théories sérieuses qui incitent à changer de vie maintenant, avant qu’il ne soit trop tard.

Ensemble, le moustachu le plus célèbre de la galaxie verte et la jeune artiste prennent la route, à la rencontre des éclaireurs du monde d’après. Installés dans des oasis, ils ont fait du combat pour la planète un mode de vie.

Raphaëlle est sceptique face à ces partisans du retour à la terre que Noël connaît bien : « Vais-je assister à la fin du monde ? » « La fin d’un monde », lui répond celui qui, toute sa vie, a milité pour une écologie humaniste.

Le trait clair et les couleurs pop du dessin transportent le lecteur dans un univers qui semble imaginaire, mais est pourtant bien réel. De Langouët en Bretagne à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en passant par le Béarn, les auteurs nous entraînent dans une déambulation vivifiante et engagée.

  • Les Terrestres, Raphaëlle Macaron et Noël Mamère, éditions du Faubourg, collection Bande dessinée, 144 p. 20 €




Lire aussi : les chroniques de Noël Mamère
17 octobre 2020
On traite les pauvres comme on traite la nature : mal
Tribune
12 octobre 2020
Les voitures SUV roulent à contresens de l’histoire
Enquête
19 octobre 2020
« C’est génial de vivre là ! » Le Village vertical, précurseur des coopératives d’habitants
Alternatives