Retrouver l’essence du voyage pour s’évader du tourisme

13 mars 2018 / Rodolphe Christin

« Manuel de l’antitourisme », de Rodolphe Christin, est une invitation à retrouver l’essence du voyage : préférer le chemin à la destination, et « disparaître » plutôt qu’apparaître partout.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Le tourisme est la première industrie mondiale, même s’il est pratiqué par seulement 3,5 % de la population… Un luxe réservé aux occidentaux qui, depuis l’avènement des congés payés, ont intégré « un devoir d’ailleurs et de loisirs ». Mais qui n’a pas senti ce malaise, dans une boutique de souvenirs ou sur une plage des Caraïbes couvertes de baigneurs blancs ? Qui n’a jamais rapporté de vacances le sentiment de l’absurde ? Car même les mieux intentionnés des voyageurs contribuent malgré eux à la mondophagie touristique. Et rien ne semble pouvoir arrêter cette conquête démesurée des quatre coins du monde : ni la pollution qu’elle impose, ni la disparition des spécificités culturelles qu’elle vient niveler et encore moins la conscience de l’Autre qu’elle réduit à une relation marchande. Pouvons-nous nous évader du tourisme ? Rodolphe Christin nous invite à retrouver l’essence du voyage : préférer le chemin à la destination, et « disparaître » plutôt qu’apparaître partout.





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
21 septembre 2018
À Hambach, les batailles de l’esprit
Édito
22 septembre 2018
À Paris aussi, c’est le temps des vendanges
Reportage
22 septembre 2018
Au Jardin sans pétrole, les frelons ont droit à leur part du raisin
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre