Roumanie : des milliers de personnes ont manifesté contre les gaz de schiste

Durée de lecture : 2 minutes

29 mai 2013 / AFP




Barlad (Roumanie) - Des milliers de personnes ont manifesté lundi 27 mai contre l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste à Barlad, une zone de l’est de la Roumanie où la compagnie américaine Chevron dispose de concessions, a constaté une journaliste de l’AFP.

La manifestation a réuni quelques milliers de personnes, a indiqué la gendarmerie.

Non à l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste, no fracking (non à la fracturation hydraulique, ndlr), Chevron go home pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants venus de Barlad et des villages environnants.

Chevron dispose d’une concession de 600.000 hectares dans cette région rurale et compte commencer l’exploration dans les mois qui viennent.

« Je suis venue manifester contre l’exploration des gaz de schiste car je veux que mes enfants grandissent en sécurité et puissent boire de l’eau propre, sans pollution », a expliqué une manifestante, Alina Secrie, assistante médicale de 39 ans.

« Nous ne voulons pas que la nappe phréatique soit polluée », a-t-elle ajouté, en faisant référence aux risques de pollution causés par la fracturation hydraulique, méthode d’extraction des gaz de schiste très controversée.

Selon les défenseurs de l’environnement, cette technique qui consiste à injecter à haute pression dans la roche d’énormes quantités d’eau additionnées de sable et d’additifs chimiques pour libérer les gaz, peut polluer les nappes phréatiques, fragiliser les sols, voire favoriser les tremblements de terre.

« Notre région vit de l’agriculture, si les animaux boivent de l’eau polluée ce sera la mort pour l’agriculture », a de son côté déclaré Constantin, un hydrologue qui a préféré taire son nom de famille par peur de perdre son emploi.

Les manifestants ont longuement conspué le gouvernement de centre-gauche du Premier ministre Victor Ponta accusé d’avoir trahi en défendant aujourd’hui l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste après l’avoir vivement décriée lorsqu’il était dans l’opposition en 2012.

La Roumanie a fait partie des pays qui ont défendu l’exploitation des gaz de schiste lors du dernier conseil européen aux côtés de la Grande-Bretagne, de la Pologne ou de l’Espagne.

« Nous transmettons un message très clair au gouvernement Ponta : les gens de cette région ne veulent ni exploration ni exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique », a déclaré Violeta Cozan, une des organisatrices.

Les manifestants ont réclamé la démission de la ministre de l’Environnement Rovana Plumb accusée de minimiser les risques de l’exploration.

« Aujourd’hui un pays comme la France qui a interdit l’exploration et l’exploitation est un exemple pour nous », a estimé de son côté Lulu Fînaru, une notaire de Barlad qui fait partie du Groupe d’initiative de la société civile à l’origine de la mobilisation.

En Europe, la France et la Bulgarie ont interdit la fracturation hydraulique, seule technique disponible à ce jour pour extraire les gaz de schiste.






Source : Romandie.com

Photo : Euronews.com

Lire aussi : Gaz de schiste : la discussion entre Europe et Canada menace l’interdiction de la fracturation hydraulique

5 novembre 2020
En Allemagne, contre le Covid, les écoles ouvrent les fenêtres
Info
27 novembre 2020
Jérôme Laronze, le paysan tué par un gendarme, avait subi des contrôles « irréguliers »
Info
30 novembre 2020
Dans un atelier rennais, des artisans partagent machines et convivialité
Alternatives