50 %
Objectif 30 000 €

Saisir les infimes transformations des paysages familiers

15 novembre 2016 / François Letourneux



  • Présentation du livre par son éditeur :

Notre paysage voisin, le voyons-nous se transformer ? L’enfant, le voyons-nous grandir ? Et les arbres pousser ? Cela se fait si lentement. Il faut l’éloignement et les retrouvailles pour que ce qui change nous saute aux yeux.

Des paysages comme des visages, nous ne gardons qu’une mémoire imprécise, si elle n’est pas attestée par des repères. Par exemple des photographies.

Ces photographies illustrent des histoires, des histoires de paysages qui changent. Car le paysage est vivant, il ne cesse de se modifier. Parfois brutalement, rapidement, comme dans de nombreuses banlieues. Ou, le plus souvent, lentement, voire très lentement comme ce visage familier, qu’il faut perdre de vue et retrouver pour prendre conscience de son évolution, employant le passé pour constater le présent : « Comme il a vieilli ! » ou « Comme elle a grandi ! » Il en est ainsi lorsque c’est l’usage des lieux, de touche en touche, qui fait évoluer les paysages qui nous entourent. L’agriculture, ses contraintes et ses modes ; la voiture, si envahissante, avec ses équipements et ses symboles ; l’obsession de la sécurité, élevant murailles et grilles…

La plupart des deux cents photographies de ce livre ont été réalisées par de grands artistes, tels Raymond Depardon, Sophie Ristelhueber ou John Davies. D’autres sont d’anonymes images des siècles derniers qui témoignent, elles aussi, de l’ampleur des changements dans notre cadre de vie.


- Le mouvement des lieux. Petites histoires de paysage, par François Letourneux, éditions Buchet-Chastel, 144 p., 29 €.

Source : éditions Buchet-Chastel




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le paysage, une poétique des écosystèmes
7 décembre 2016
En Ile-de-France, Les Républicains asphyxient l’agriculture biologique
Tribune
9 décembre 2016
L’écologie, l’indépendance : ce qui nous guide
Edito
10 décembre 2016
L’artichaut du Jardin sans pétrole n’en était pas un !
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre