Sidération

Durée de lecture : 1 minute

15 juillet 2016 / Hervé Kempf (Reporterre)

Dans la soirée du jeudi 14 juillet, à Nice, sur la promenade des Anglais, un camion a foncé dans la foule, tuant 84 personnes et en blessant des centaines.


D’abord, une pensée pour toutes celles et tous ceux fauchés par la mort en un soir d’été qui devait être dédié à la joie. Et notre amitié à leurs familles, avec les mots bien pauvres de la compassion désolée.

Ecore une fois, la folie a frappé. Le désir fou de tuer, de détruire, de purifier, de venger, on ne sait pas. Mais cette folie qui revient, relançant sans défaillir le cycle de la violence et de la haine. On connait déjà les réponses : l’état d’urgence prolongé, la guerre au loin accentuée, la police toujours plus présente, l’inquiétude latente qui va sourdre en permanence dans toutes les actions publiques, comme une maladie qui laisse un répit que l’on sait toujours provisoire.

On se sent démuni quand on tente d’attirer en permanence l’attention vers le cadre plus large du tableau, vers l’autre violence : celle qui nous entraîne tous dans la dégradation de la santé de la biosphère et donc dans l’altération durable des possibilités de vie harmonieuse de l’humanité. Mais l’événement parle et impose sa loi légitime. Et pour l’instant, il nous faut accorder le temps au silence, à la méditation, à l’écoute.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : Capture d’écran de BFM TV

14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)