Sortir la Haute-Marne du nucléaire, comment, avec quels effets bénéfiques ? réunion publique à Saint-Dizier

Le mercredi
15
février




Haute-Marne en Champagne : sortir du nucléaire, comment, avec quels
effets bénéfiques

Les réunions publiques ont lieu à 20 h

Mercredi 8 février à CHAUMONT (Collège la Rochotte, auditorium)

Mercredi 15 février à SAINT-DIZIER (Palace, quartier de la Noue)

Jeudi 16 février à LANGRES (Théâtre)

Voilà 25 ans : un territoire normal, « La vie est ici » annonçait
même la Haute-Marne aux entrées du département

Puis il s’est vu coloniser par des verrues nucléaires : à Soulaines,
Bure, Morvilliers, Saudron… avec à présent une prolifération qui
s’étend, vers Gudmont, Joinville…

Avec pour résultats : désertification galopante, démographie en chute
libre, économie sinistrée, finances sous perfusions radioactives
(GIP), personnel politique amorphe…

Et pour ne plus subir : agir ! sur le terrain, certes, mais également
en s’attaquant à la racine du problème :

Lancement d’une campagne, pour la première fois en France sur
l’ensemble d’un département : la HAUTE-MARNE en Champagne… pour
commencer

PHASE 1 : être acteur de l’arrêt de la production des déchets-poisons
nucléaires. En quittant cette EDF qui a failli (industrie sale,
risquée, coûteuse, du passé) pour rejoindre un fournisseur
d’électricité propre et renouvelable. Un fournisseur atypique, une
coopérative nationale, déclinée au niveau régional en Enercoop
Ardennes-Champagne

PHASE 2 : en parallèle, être aussi consom’acteurs en devenant
producteurs d’électricité propre et renouvelable via Enercoop. Cette
phase s’adresse tant aux particuliers qu’aux industriels, et
collectivités. Si notre pays a un sérieux train de retard (merci qui
 ?), les initiatives fleurissent de plus en plus (dernier exemple > ici
[3] « Quand des élus veulent, ils peuvent »)

PHASE 3 : en parallèle, sur l’ensemble du département, chacun-e pourra
prendre des parts financières dans des projets de production
d’électricité propre, que Enercoop lancera ou accompagnera en
Haute-Marne

GAINS : création de richesses locales (revente d’électricité propre)
+ création d’emplois locaux (installation, maintenance, etc) +
démonstration aux yeux du grand public et des élus (France entière)
que le nucléaire (et ses déchets, coûts, risques) ne sont en rien une
fatalité + amener à ce que ICI on vive, on fasse sans métastases
nucléaires, et sans le cynique trou de Bure-cigéo… auquel réponse
va être donnée… en phase 4

Source : courriel à Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : À Bure, la lutte s’envole joyeusement contre la poubelle nucléaire
15 janvier 2018
Nous nous engageons pour l’avenir de la Zad
Tribune
17 janvier 2018
Ne rasons pas les forêts naturelles pour produire de l’énergie
Tribune
17 janvier 2018
Les nouveaux OGM tracent discrètement leur chemin en Europe
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre