Sur la Zad de Notre Dame des Landes, la cabane des 100 noms détruite par le feu

Durée de lecture : 2 minutes

9 janvier 2014 / Les 100 noms


La cabane des 100 noms a brulé le samedi 4. Dans les environs de midi, le feu a commencé au niveau de la jonction du tuyau de poêle avec le mur. Nous avons réagi immédiatement en vidant les deux extincteurs de la maison dans le poêle et au niveau du départ de feu. Nous avons tenté de maîtriser le feu en ouvrant les bardages par l’exterieur, en faisant des chaines humaines de seau d’eau, mais l’incendie a pris le dessus.

Personne n’a été blessé et les affaires personelles ont été évacuées à temps. Des dizaines de personnes des différents lieux de la zad sont venues nous aider à sauver du feu tout ce qui pouvait l’être : caravanes, échafaudages, materiel elec. de l’eolienne, etc. Les pertes matérielles sont tres reduites autant pour les individus que le collectif.

Pour répondre à la question « pourquoi cet accident est arrivé ? », la réponse est qu’on en sait rien. Le poêle avait été installé par un professionnel chauffagiste en qui on avait - et en qui on a toujours - confiance. On ne sait pas si l’incendie s’est déclaré à cause de l’installation des conduits, une mauvaise utilisation du poêle (bois de chauffage de mauvaise qualité, accumulation de bistre dans les conduits...) ou à cause des tempêtes des semaines précédentes qui auraient modifiées les positions des conduits .

Nous avons reçu.es plusieurs propositions de lieu où dormir pour se mettre au chaud et la solidarité qu’on reçoit ici nous réchauffe le coeur. Pour le moment on digère l’évenement avant de discuter prochainement de ce qu’on va faire, on sait pas encore si on veut reconstruire ou habiter ailleurs. Bientôt on renaîtra de nos cendres, mais pour le moment on est en pause.

Quoiqu’il en soit ici on se serre les coudes et on fait attention à ce que chacun.E d’entre nous ne se sente pas isoléE. On prend l’événement avec philosophie et pour l’instant il y a plus de blagues et de rires que de pleurs. De toute façon on se dit qu’on a pas le choix, alors on reste positif.

On reste chaud comme la braise,


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : zad.nadir.org.

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes.

26 juillet 2019
Contre le G7, les altermondialistes organisent un sommet « démocratique et ouvert »
Info
6 juillet 2019
Reporterre sur Radio Suisse : Amazon, ça suffit
Hors les murs
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir