Système U visé par une campagne contre les oeufs de poules en batterie

Durée de lecture : 3 minutes

18 septembre 2013 / L214

Le distributeur Système U prétend ne plus distribuer les « substances qui font polémique ». Mais il continue à vendre des oeufs pondus par des poules en batterie industrielle, alors que d’autres distributeurs ne le font plus. Une campagne est lancé ce mercredi contre la chaine de magasins.


L’association L214 lance une nouvelle campagne pour demander aux supermarchés du groupe Système U de retirer les œufs de batterie de leurs rayons. Après avoir mené une campagne victorieuse face à l’enseigne Monoprix, L214 a décidé de prendre au mot Serge Papin, PDG de Système U, qui a annoncé sa volonté « de supprimer toutes les substances qui font polémique » [1] pour les produits portant la marque U.

Après plusieurs échanges infructueux avec l’enseigne, L214 a décidé d’aller à la rencontre des clients de Système U, devant les magasins, pour les informer des conditions déplorables dans lesquelles vivent les poules pondeuses élevées en cages.

Lancement de la campagne :

• Mercredi 18 septembre de 16h à 18h, devant le U Express, 67 Rue de Montorgueil, Paris 2e.

Secouez Super U !

Un site Internet original Secouez-Super-U.com, support d’une pétition lancée ce mercredi, est destiné à recueillir la voix des consommateurs qui soutiennent la demande de L214.

Dans les semaines à venir, des actions seront programmées devant plusieurs magasins de l’enseigne dans différentes villes en France.


Qu’est-ce que l’élevage en batterie ?

L’élevage en batterie des poules pondeuses est une des pires formes d’élevage du point de vue de l’éthique animale. Les poules y sont enfermées sans accès à l’extérieur, sans pouvoir gratter le sol, faire des nids ou étendre les ailes aisément. La densité d’élevage à l’intérieur des cages est d’une poule par feuille A4. Elles peuvent être jusqu’à 200 000 entassées dans des bâtiments aveugles. Un accès au plein air permet indéniablement aux poules d’exprimer une plus grande gamme de comportements.

- En savoir plus sur l’élevage des poules pondeuses.

Décodez les oeufs

Plusieurs modes d’élevage cohabitent aujourd’hui en France. L’élevage en cages est celui qui est encore le plus largement pratiqué. Il représente les trois-quarts de la production. Les oeufs issus de ce type d’élevage sont marqués par le code 3 (le marquage des oeufs est obligatoire depuis janvier 2004).

L’élevage alternatif se partage en trois : l’élevage au sol (code 2), l’élevage plein air (code 1) et l’élevage bio (code 0). Seuls les élevages plein air et bio permettent aux poules l’accès à l’extérieur.

- En savoir plus sur le code marqué sur les oeufs.

En Europe même des enseignes discount ont renoncé aux œufs en batterie

En Europe, une multitude d’enseignes, y compris des chaînes discount, ont retiré les œufs de batterie de leurs linéaires, il est grand temps que Système U s’inspire de leur exemple. Des enseignes internationales, comme Unilever, McDonalds, Subway bannissent les œufs de poules élevées en batterie. En Allemagne, 95% des oeufs vendus dans les GMS proviennent d’élevages alternatifs ! En France, la campagne 2009 de L214 a convaincu le groupe Novotel à faire de même et la campagne 2012 a amené Monoprix à renoncer aux oeufs de batterie pour sa propre marque.

Les enseignes européennes qui s’engagent.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1MdD Infos, de mars 2013, p.54.


Source et image : L214

Lire aussi : Lancement d’une campagne contre l’élevage industriel

19 octobre 2019
Radio Bambou : et si on mangeait des fruits et légumes de saison ?
Chronique
19 octobre 2019
Rojava kurde : un projet écologique menacé par l’invasion turque
Reportage
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info




Du même auteur       L214