Total exploite les sables bitumineux

Durée de lecture : 1 minute

9 octobre 2009 / Greenpeace

La multinationale française du pétrole participe à l’exploitation des sables bitumineux au Canada.


En parallèle de l’action menée hier par Greenpeace sur la raffinerie Total du Havre, d’autres militants de Greenpeace ont interpellé le groupe pétrolier français, cette fois au Canada, pour dénoncer la responsabilité du groupe pétrolier français dans les changements climatiques, notamment au travers de ses investissements faramineux dans l’exploitation des sables bitumineux, à l’ouest du Canada, dans l’État de l’Alberta, mais aussi à Madagascar. Le pétrole extrait de ces sables génère cinq fois plus de gaz à effet de serre que celui issu des gisements classiques.

Au moment où les activistes de Greenpeace s’apprêtaient à passer une partie de la nuit sur les cheminées de la raffinerie Total du Havre, au Canada, à Edmonton, d’autres militants de Greenpeace ont détourné des panneaux publicitaires géants présentant la campagne de communication menée par Total pour verdir son image.

Ce détournement publicitaire fait écho à la campagne menée par Greenpeace également sur Internet contre le géant pétrolier français avec une vidéo virale à découvrir sur http://www.greenpeace.fr/destructio...

Ces opérations visant Total s’inscrivent dans le sillage d’actions menées depuis trois semaines par Greenpeace dans l’État de l’Alberta, au Canada. Des opérations similaires devraient encore avoir lieu. À moins de dix semaines du sommet de Copenhague, Greenpeace dénonce ainsi la responsabilité des groupes privés et de certaines entreprises dans les changements climatiques.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://public.adequatesystems.com/p...

Lire aussi : Les sables bitumineux accélèrent le changement climatique http://www.reporterre.net/spip.php?...

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien




Du même auteur       Greenpeace