Tous observateurs des hirondelles

Durée de lecture : 2 minutes

23 mai 2013 / Ligue de Protection des Oiseaux


La LPO relance son enquête sur les hirondelles !

Face au succès rencontré l’an passé, la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) poursuit sa grande enquête nationale sur les hirondelles. Pour cela, elle fait de nouveau appel aux citoyens afin de l’aider à recenser les nids d’hirondelles.

Lancée pour quatre mois, de mai à août, l’enquête hirondelles invite les particuliers à signaler à la LPO tous les nids occupés d’hirondelles de fenêtre ou d’hirondelles rustiques qu’ils rencontreraient. Ils peuvent également se rapprocher de leur association locale de protection de la nature qui relaye l’enquête, afin de participer à des recensements plus poussés menés dans cinq communes par département.

Ces données permettront d’en apprendre plus sur ces oiseaux qui ont vu leur population dramatiquement chuter depuis une vingtaine d’années (-41% pour l’hirondelle de fenêtre). Et les printemps froids et humides de ces dernières années n’ont fait qu’accentuer ce déclin !

Pour participer, pas besoin d’être un expert !

Les hirondelles sont des espèces dites « du bâti », elles affectionnent tout particulièrement les habitations pour y construire leurs nids. Ce sont elles qui construisent les nids en boulettes de boues que l’on peut fréquemment apercevoir sous les avant-toits des habitations ou dans les anciennes granges.

Il suffit donc de se balader et de lever un peu les yeux à la recherche de nids occupés ou de signaler directement les nids présents chez soi. Pour cela, une base en ligne est à la disposition des participants. Ils pourront y saisir leurs observations et y découvrir des informations sur les ambassadrices du printemps, comme par exemple des solutions simples pour cohabiter avec elles.

Plus de 44 000 nids recensés en 2012 !

Pour rappel, c’est en mai 2012 qu’a débuté cette grande enquête. Grâce aux citoyens et à l’ensemble des associations locales impliquées, ce sont près de 2 000 personnes qui se sont mobilisées en faveur de l’ambassadrice du printemps. Plus de 44 300 nids occupés ont ainsi pu être recensés. Certaines colonies menacées de destruction ont été l’objet d’une attention toute particulière. Un réel succès ! La LPO espère augmenter encore ce chiffre cette année.

Projet réalisé avec le soutien financier du Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie. Plus de renseignements sur le site de l’enquête.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de L’Observatoire des hirondelles

Photo : Dinosoria

Lire aussi : Mobilisation pour sauver 500 chauves-souris qui hibernaient dans un platane

14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
30 octobre 2019
Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »




Du même auteur       Ligue de Protection des Oiseaux