Tribunal international des droits de la nature : Le cas de l’orpaillage illégal en Guyane française, en ligne

Durée de lecture : 2 minutes


Le samedi
27
février




LE 27 FÉVRIER 2021 SE TIENDRA L’AUDIENCE DU CAS DE L’ORPAILLAGE ILLÉGAL EN GUYANE FRANÇAISE, UN DES 5 PROCÈS FICTIFS DU TRIBUNAL EUROPÉEN DES DROITS DE LA NATURE ENFENSE DES ÉCOSYSTÈMES AQUATIQUES !
Cette audience entend interpeller les décideurs publics sur la pollution au mercure du fleuve Maroni due à l’orpaillage illégal en Guyane. Depuis plus de 30 ans, la Guyane française est une région sévèrement touchée par l’extraction illégale d’or.
La pollution au mercure des cours d’eau due à ces activités conduit à un effondrement de la biodiversité et menace la santé de la population locale, en particulier les Amérindiens locaux, les Wayana, situés en amont de la rivière Maroni.
En ouvrant le sol à l’aide de moteurs puissants, les mineurs d’or illégaux sont responsables de la destruction de 1330 km de voies navigables. Le mercure utilisé pour traiter l’or est rejeté dans la nature et ce métal se retrouve tout au long de la chaîne alimentaire. De plus, les eaux boueuses rejetées par l’activité aurifère rendent les rivières troubles et porte atteinte à la santé des écosystèmes.
Les demandes portées devant le tribunal : La reconnaissance du Haut Maroni comme une entité naturelle bénéficiant du droit à la protection, à la conservation et à la restauration de ses écosystèmes, la mise en œuvre d’un plan d’action visant à éliminer définitivement les activités minières illégales en coopération avec les habitants, l’organisation d’une campagne régionale de dépistage du mercure, etc.
Les intervenants :
Présentateur : Marine Calmet, juriste, présidente de l’association Wild Legal
Expert : Alexis Tiouka, juriste spécialiste des droits des peuples autochtones
Témoins habitants du fleuve Maroni : Linia Opoya, Kupi Aloike et Michel Aloike
Le Tribunal sera présidé par un panel de juges experts des droits de la Nature du monde entier :
Président de séance : Cormac Cullinan, avocat et auteur (Wild Law : A Manifesto for Earth Justice)
Juges : Lisa Mead (avocate, fondatrice Earth Law Alliance), Richard Falk (professeur de droit international à l’Université de Princeton, écrivain), Valérie Cabanes (juriste en droit international, membre Fondation Stop Ecocide), Tom Goldtooth (activiste pour les droits des peuples autochtones et des droits de la Nature)
Procureure : Rebecka Le Moine
Co-secrétariat : Camille Bouko-levy, Olivia Gervais, Natalia Greene

Pour plus d’information sur le cas du fleuve Maroni en Guyane francaise, cliquez sur ce lien : https://www.rightsofnaturetribunal.org/.../french-guiana.../
et retrouvez toutes les informations sur le site de Wild Legal : https://www.wildlegal.eu/amazonie





Lire aussi : https://www.facebook.com/events/414...

Samedi 27/02, 17-20H
Live Facebook en français sur les pages GARN Europe, Wild Legal et Notre Affaire A Tous et en anglais sur Global Alliance for the Rights of Nature

4 mars 2021
En France, la disparition de la biodiversité s’accélère
Info
4 mars 2021
Architectes, abandonnons le monde des lobbies et du béton
Tribune
19 janvier 2021
Lettre du bocage : « Nous ne supportons pas d’être gouvernés par la peur »
Tribune