Trois crèches de Seine-et-Marne passent aux couches lavables

Durée de lecture : 2 minutes

7 mai 2013 / Yolaine De La Bigne (Néo Planète)

Dans le cadre de la politique régionale de prévention et de valorisation des déchets, le conseil régional d’Ile-de-France vient d’accorder 3 subventions à des crèches de Seine-et-Marne qui ont décidé d’en finir avec les couches jetables, bien trop polluantes.


Les crèches des Mousaillons à Saint-Mammès et celle de Champagne-sur-Seine, vont donc bénéficier d’une aide inédite de 14 268 euros avec laquelle elles vont pouvoir acheter les équipements adéquats et « former le personnel ». Un peu moins chanceux, les enfants de Saint-Pathus ne recevront que 5 014 euros. Mais bon, ils ne vont pas cracher dans la couche.

Bon pour l’environnement

Selon les chiffres du service de presse de Jean-Paul Huchon, chaque enfant utilise plus de 5 000 couches jetables jusqu’à ses deux ans et demi, l’équivalent de 4,5 arbres. Grâce aux couches lavables, les crèches de Seine-et-Marne vont pouvoir économiser chaque année près de 4 tonnes de couches jetables. Ensuite, après quelques mois, une évaluation d’experts vont contrôler la réduction effective du volume de déchets et évaluer le bien-être des enfants.

Pédagogie

L’idée c’est de diffuser cette pratique à toutes les crèches du pays, puis aux parents. Pour l’instant, ils ne sont que 5% à avoir adopté les couches lavables. Bien sûr, il y a tout un travail de communication de la part des collectivités locales pour faire évoluer les mentalités et faire comprendre au public que ces nouvelles couches représentent un moindre coût écologique mais aussi financier. C’est tout bénef’ !

Faire des économies

C’est bien connu, les couches coûtent une fortune ! Faisons la comparaison : pour un enfant jusqu’à sa propreté, l’investissement d’une famille en couches lavables est en moyenne de 400 à 800 € contre 1200 à 2 000 € pour les couches jetables. Trois fois moins cher ! D’autant que les couches peuvent resservir pour le 2e enfant ou des amis. En termes de déchets : à raison de 5 changes par jour, environ 1 800 changes par an seront évités, soit près de 300 kg de déchets évités. Changer bébé va presque devenir un plaisir !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Néo Planète

Lire aussi : Au Japon, l’écocité où tout se recycle‏

9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage