Trois crèches de Seine-et-Marne passent aux couches lavables

Durée de lecture : 2 minutes

7 mai 2013 / Yolaine De La Bigne (Néo Planète)



Dans le cadre de la politique régionale de prévention et de valorisation des déchets, le conseil régional d’Ile-de-France vient d’accorder 3 subventions à des crèches de Seine-et-Marne qui ont décidé d’en finir avec les couches jetables, bien trop polluantes.


Les crèches des Mousaillons à Saint-Mammès et celle de Champagne-sur-Seine, vont donc bénéficier d’une aide inédite de 14 268 euros avec laquelle elles vont pouvoir acheter les équipements adéquats et « former le personnel ». Un peu moins chanceux, les enfants de Saint-Pathus ne recevront que 5 014 euros. Mais bon, ils ne vont pas cracher dans la couche.

Bon pour l’environnement

Selon les chiffres du service de presse de Jean-Paul Huchon, chaque enfant utilise plus de 5 000 couches jetables jusqu’à ses deux ans et demi, l’équivalent de 4,5 arbres. Grâce aux couches lavables, les crèches de Seine-et-Marne vont pouvoir économiser chaque année près de 4 tonnes de couches jetables. Ensuite, après quelques mois, une évaluation d’experts vont contrôler la réduction effective du volume de déchets et évaluer le bien-être des enfants.

Pédagogie

L’idée c’est de diffuser cette pratique à toutes les crèches du pays, puis aux parents. Pour l’instant, ils ne sont que 5% à avoir adopté les couches lavables. Bien sûr, il y a tout un travail de communication de la part des collectivités locales pour faire évoluer les mentalités et faire comprendre au public que ces nouvelles couches représentent un moindre coût écologique mais aussi financier. C’est tout bénef’ !

Faire des économies

C’est bien connu, les couches coûtent une fortune ! Faisons la comparaison : pour un enfant jusqu’à sa propreté, l’investissement d’une famille en couches lavables est en moyenne de 400 à 800 € contre 1200 à 2 000 € pour les couches jetables. Trois fois moins cher ! D’autant que les couches peuvent resservir pour le 2e enfant ou des amis. En termes de déchets : à raison de 5 changes par jour, environ 1 800 changes par an seront évités, soit près de 300 kg de déchets évités. Changer bébé va presque devenir un plaisir !






Source et photo : Néo Planète

Lire aussi : Au Japon, l’écocité où tout se recycle‏

14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
6 juin 2020
Le nettoyage mécanique des plages dévaste leur biodiversité
Reportage
5 juin 2020
Constantinople, un exemple historique de résilience alimentaire
Tribune