Un album de coloriage à offrir à M. Macron

16 juin 2018 / Stephanie McMillan

Dans « Mort au capitalisme ! » Stephanie McMillan propose avec des coloriages une introduction ludique au capitalisme et expose avec simplicité l’absurdité et le caractère destructeur du système consumériste devenu planétaire.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Ce livre de coloriage est une introduction ludique au capitalisme. À travers une série de vignettes mettant en scène des personnages récurrents (un capitaliste sans scrupule, un lapin résistant…) et d’autres, ponctuels, dans lesquels chacun d’entre nous pourra se reconnaître, Stephanie McMillan décrit, dans un style accessible à tous, cette force qui nous domine et qui est en train de détruire la planète. Les dialogues entre les personnages, drôles et toujours pertinents, exposent avec simplicité l’absurdité et le caractère destructeur du système consumériste devenu planétaire, mais mettent également l’accent sur ses points de vulnérabilité ; car avant de pouvoir combattre efficacement notre ennemi, nous devons l’identifier clairement, comprendre sa structure et déterminer précisément qui le contrôle.

  • Stephanie McMillan est une dessinatrice politique, autrice et militante du sud de la Floride. Porte-parole des luttes sociales et écologistes, elle compte à son actif sept ouvrages édités aux États-Unis, dont un roman coécrit avec l’auteur et militant écologiste états-unien Derrick Jensen. Depuis 1992, elle a publié de nombreuses bandes dessinées politiques. Son travail a été récompensé à plusieurs reprises.

  • Mort au capitalisme ! Livre de coloriage !, de Stephanie McMillan, éditions Libres, 2018, 52 p., 7 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pourquoi la tomate raconte-t-elle le capitalisme d’aujourd’hui ?
25 mars 2019
Dans les Balkans, ours et humains réapprennent à vivre ensemble
Info
25 mars 2019
Nous avons tout industrialisé, maintenant il faut écologiser
Tribune
23 mars 2019
Manifeste pour l’interdiction des pesticides dans les zones non agricoles
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre