Un an dans la vie d’une forêt

Durée de lecture : 2 minutes

17 février 2014




Les forêts sont le lieu idéal pour observer les miracles de la nature. Luc Jacquet et Francis Hallé, dans Il était une forêt, ont parcouru l’immense Amazonie pour y percer les secrets des arbres et ceux de la canopée. Toute l’originalité de David Haskell est d’avoir choisi d’étudier ici une forêt des Appalaches en focalisant son attention sur un seul petit mètre carré de terre. Et c’est à partir de ce microcosme qu’il va nous raconter le vivant et les prouesses d’une nature qu’on n’imaginait pas si foisonnante dans un espace aussi circonscrit.

Au fil d’une quarantaine de petits essais qui suivent le rythme des saisons, on le voit à même le sol, scruter à la loupe sa parcelle, sans jamais la toucher, et méthodiquement, patiemment, ausculter l’écosystème où cohabitent les salamandres, les escargots, les papillons, les lucioles, les champignons, les mousses, les feuilles, les fleurs, les arbres, les oiseaux, les ruminants, les aigles et les coyotes... loin de toute civilisation. Des tempêtes de neige aux fortes chaleurs, des pluies diluviennes aux tremblements de terre, on découvre quels combats éblouissants la vie animale et végétale y livre pour ne pas mourir.

Haskell, qui fait penser à Aldo Leopold ou à Henry Thoreau, offre dans chaque essai un magnifique condensé d’histoire naturelle et de méditation philosophique. Il fait de son mandala un monde à part entière, rempli d’oasis de contemplation, qui révèle les interconnexions existant dans la nature et les relations cycliques qui opèrent à n’importe quelle échelle du vivant.

David Haskell est un biologiste américain, spécialiste de l’évolution, professeur à l’université du Sud (Tennessee). Il est né en Angleterre, a grandi à Paris et étudié à Oxford et Cornell, avant de s’installer dans le Tennessee, il y a seize ans. Ses recherches ont été soutenues par la National Scientific foundation, l’Environmental Protection Agency, la WWF et la Templeton Foundation. Cet ouvrage a été finaliste du prix Pulitzer 2013 dans la catégorie « General non-fiction » et lauréat du prix de l’Académie des sciences aux États-Unis en septembre 2013.


Un an dans la vie d’une forêt, de David G. Haskell, traduit de l’anglais par Thierry Piélat, Editions Flammarion, 368 p., 21,90 €.






Source : Fondation Nicolas Hulot

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

1er octobre 2020
Decathlon veut encore bétonner des terres agricoles près de Montpellier
Reportage
1er octobre 2020
M. Bezos, à quoi ça sert d’être chaque jour plus riche ?
Tribune
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage