Un banquier de Rotschild au cabinet de François Hollande

Durée de lecture : 2 minutes

22 mai 2012 / Le Monde



Le secrétaire général adjoint de l’Elysée, Emmanuel Macron, était associé-gérant de la banque Rotschild depuis 2011.


A 34 ans, Emmanuel Macron, qui est l’un des inspecteurs des finances les plus brillants de sa génération, devient secrétaire général adjoint de l’Elysée, plus particulièrement chargé de l’économie. Se trouve ainsi reconnu le rôle-clé que cet énarque et banquier d’affaires de gauche a joué dans l’élaboration du projet présidentiel de François Hollande.

Depuis des mois, M. Macron partageait son temps entre la Banque Rothschild, dont il a été nommé associé-gérant en 2011, et la préparation de l’alternance. Il avait constitué autour du candidat socialiste une équipe de « jeunes technos » de gauche, appartenant souvent comme lui à l’inspection des finances mais pas exclusivement.

Cette équipe a planché le soir et le week-end pendant des semaines pour préparer dans le moindre détail le programme du futur président. Elle a trié dans les propositions que lui soumettait le groupe de la Rotonde, composé des économistes Jean Pisani-Ferry, Philippe Aghion, Elie Cohen, Gilbert Cette, etc. Elle a aidé Jérôme Cahuzac, président (PS) de la commission des finances de l’Assemblée nationale, à rédiger une première version du collectif budgétaire et fiscal, de la loi de programmation des finances publiques et du projet de loi de finances (PLF) pour 2013.

Fils de médecins, titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA) de philosophie, M. Macron fut de 1999 à 2001 assistant du philosophe Paul Ricoeur. Ce défenseur de l’indépendance de la presse a été membre du comité de rédaction de la revue Esprit. En 2007, il était rapporteur général adjoint de la commission Attali pour la libération de la croissance française. Il dispose à ce titre d’une vision large des forces et des faiblesses de l’économie française. En 2008, il fut chargé de mission auprès de Jean Bassères, à l’époque où ce fabiusien, nommé depuis directeur général de Pôle emploi, était à la tête de l’inspection générale des finances.

Ouvert et accessible, plus sensible aux compétences des personnes avec lesquelles il travaille qu’à leur corps d’origine, M. Macron est un haut fonctionnaire qui sait faire confiance et déléguer. C’est du moins ce qu’en dit Sandrine Duchêne, qui travaille depuis des mois avec lui.

Cette collaboration est appelée à durer : la directrice du département conjoncture de l’Insee va quitter son poste pour rejoindre, dès mercredi, l’Elysée. Elle y sera chargée de macroéconomie et de finances publiques.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Le Monde par Algérie-dz

Lire aussi : Les conseillers de François Hollande sont les amis des patrons

28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
27 mai 2020
Non au retour à un État fort, misons sur le local et sur la société
Tribune
27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage