Faire un don
30677 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
38 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Un cargo franchit pour la première fois le passage du Nord-Ouest, en Arctique

Durée de lecture : 2 minutes

30 septembre 2013 / Radio Canada

C’est la première fois qu’un cargo non équipé en brise-glaces franchit le passage du Nord-Ouest. Le Nordic Orion se dirige en ce moment vers la Finlande à travers les détroits du Canada arctique.


Un cargo géant franchit pour la première fois la semaine passée le passage du Nord-Ouest, dans l’océan Arctique canadien, une route maritime ouverte par le réchauffement climatique qui pourrait réduire le temps et les coûts de transport.

Le Nordic Orion, long de 225 m et jaugeant 75 000 tonnes, a appareillé au début du mois de septembre du port canadien de Vancouver, sur l’océan Pacifique, et est attendu le 7 octobre dans le port finlandais de Pori avec sa cargaison de charbon à coke de la société minière canadienne Teck Resources.

La route suivie par le Nordic Orion

Cette route maritime expérimentale devrait lui permettre de raccourcir d’environ une semaine son trajet, et d’économiser près de 80 000 $ de mazout, selon son armateur danois, Nordic Bulk Carriers.

« Le passage du Nord-Ouest permet de gagner plus de 1 000 milles nautiques par rapport à l’itinéraire traditionnel, via le canal de Panama, d’économiser du temps et du mazout, de réduire les émissions de dioxyde de carbone et, plus important encore, d’augmenter de 25 % la cargaison », dit-il.

Le Nordic Orion a chargé 15 000 tonnes de charbon de plus que s’il avait dû emprunter le canal de Panama.

Ce nouvel itinéraire, qui relie les océans Pacifique et Atlantique en passant entre les îles du Grand Nord canadien, comporte cependant des risques, dont celui de rencontrer des icebergs.

Le passage du Nord-Ouest, découvert par le Norvégien Roald Amundsen entre 1903 et 1906, n’avait été emprunté jusqu’alors que par des brise-glace et des cargos de petit tonnage.

« La navigation par le passage du Nord-Ouest est une stratégie à haut risque, mais à gros gain potentiel », souligne Knut Espen Solberg, spécialiste de la mer Arctique de la société norvégienne de services maritimes DNV.

Construit en 2011 dans un chantier naval japonais, le Nordic Orion est doté d’une coque renforcée pour résister aux icebergs et aux blocs de glace.

En novembre dernier, un méthanier de la société gazière russe Gazprom avait franchi pour la première fois le passage arctique du Nord-Est pour relier la Norvège au Japon.

Selon les analystes, il faudra attendre encore dix ans avant de voir le commerce maritime se développer dans ces eaux, mais certains experts pensent qu’un quart du trafic entre l’Europe et l’Asie passera par la mer Arctique d’ici à 2030.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Radio Canada

Photo et carte : National Post

Lire aussi : Le froid en Arctique a été plus rigoureux en 2013 qu’en 2012

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
10 décembre 2019
Malgré leur bon score aux élections, les Verts pèsent peu sur les institutions européennes
Info
10 décembre 2019
En refusant de réglementer la publicité, le gouvernement sacrifie l’écologie
Tribune




Du même auteur       Radio Canada