Un grand quotidien lance une campagne en faveur du vélo ! Mais c’est à Londres...

Durée de lecture : 3 minutes

14 mars 2012 / Isabelle et le Vélo

Un grand quotidien qui mène une campagne plusieurs semaines pour que l’on développe les pistes cyclables et que l’on encourage le vélo ? Ils sont fous, ces Anglais !


Mary Bowers, 27 ans, journaliste du journal The Times est dans le coma depuis novembre dernier après un accident avec un camion à proximité de son travail.

Son journal a décidé de ne pas laisser passer.
The Times lance « Cities fit for cycling »,  Des villes adaptées au vélo »).

Il commence par publier un Manifeste en huit points s’adressant aux communes et à l’Etat :

1. Rendre obligatoire, pour les camions circulant en agglomération, l’équipement en détecteurs, alarmes sonores pour tout mouvement tournant, rétroviseurs supplémentaires et barres de sécurité autour des roues, pour éviter que les cyclistes ne se retrouvent dessous.

2. Les 500 carrefours les plus dangereux doivent être identifiés et réaménagés, ou équipés de feux donnant la priorité aux cyclistes. Ils doivent aussi être équipés de miroirs permettant aux camionneurs de percevoir la présence des cyclistes à leur côté.

3. Un audit national de la pratique du vélo doit être lancé, afin de savoir combien de personnes font du vélo en Grande Bretagne, et comment ils sont tués ou blessés.

4. 20 % du budget de l’agence des routes nationales devrait être affecté à la prochaine génération de voies cyclables, cela fournira 120 Millions d’euros par an pour une infrastructure cyclable de niveau mondial. Les villes devraient être classées annuellement pour leurs mesures en faveur du vélo.

5. La formation des cyclistes et des conducteurs doit être améliorée et la sécurité des cyclistes devrait devenir une partie centrale de l’examen du permis de conduire.

6. La zone 30 doit devenir la règle dans les quartiers résidentiels sans voies cyclables.

7. Les entreprises sont invitées à sponsoriser les voies cyclables et les réseaux express vélo.

8. Chaque ville devrait nommer une commission vélo pour pousser au changement.

0utre ce manifeste, la campagne comprend un logo à diffuser largement, un site avec la possibilité de soutenir l’action et donner des témoignages, un compte Twitter pour soutenir et diffuser la campagne, et une possibilité d’écrire directement aux députés.

Une campagne de grande envergure

Cette campagne a depuis plusieurs mois un retentissement national considérable : le soutien d’un grand nombre de sportifs de haut niveau, de personnalités variées, plus de 30 000 personnes sur le site du journal. Et finalement, l’organisation d’un débat aux Communes fin février.

Le plus grand automobile club soutient la campagne et demande une utilisation plus importante des zones 30 ;

Le conseil municipal de Cambridge a voté la campagne du journal ;

Les conseils municipaux de Liverpool, Birmingham, Leicester, Bristol, Newcastle, Manchester, Glasgow, Leeds, Sheffield et Belfast appuient fortement les appels aux changements dans les zones urbanisées ;

Plus de 2.000 personnes ont envoyé un message aux parlementaires avant le débat aux Communes.

Et des résultats à la hauteur de l’enjeu

Le débat a donné lieu à une déclaration du gouvernement qui recommande la mise en œuvre des mesures pour sauver des vies et pour encourager plus de personnes à devenir cyclistes. Le ministre des Transports et celui de la Sécurité Routière ont dit qu’il faudrait dans les communes améliorer les intersections, utiliser plus souvent les zones 30 et les miroirs, essayer d’obtenir le soutien de sponsors pour des nouveaux aménagements et nommer un responsable pour superviser les réformes.

Les représentants des communes sont invités à une réunion au mois de mars avec le Ministre des Transports et Kulveer Ranger, le conseiller vélo du Maire de Londres, pour débattre des manières de créer une vélorévolution nationale.

Les services concernés de Londres ont rendu publics des plans pour revoir les 500 intersections les plus dangereuses de la capitale.

Le Labour (Parti Travailliste) organise un sommet afin de débattre de la sécurité des cyclistes.

"Nous n’arrêterons la pression que lorsque le gouvernement sera passé aux actes, et se sera engagé réellement dans la construction d’une infrastructure de classe mondiale pour le pays", déclare le Times.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Isabelle et le vélo

Complément d’info : Le site du Times dédié àla campagne

Lire aussi : La mobilisation paye, victoire pour le vélo à Biarritz

19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info