Un jeûne illimité pour la sortie du nucléaire

Durée de lecture : 2 minutes

10 avril 2011 / Jean-Pierre Frick



Ce jeûne se déroulera à Colmar à partir du 18 avril.


Cette initiative exprime une solidarité avec les victimes présentes et à venir de la catastrophe nucléaire en cours au Japon, de la catastrophe nucléaire toujours en cours à Tchernobyl, mais aussi avec toutes les victimes de l’extraction de l’uranium (d’ailleurs épuisé dans 40 ans), en particulier au Niger, source principale de l’uranium consommé en France. Solidarité surtout avec les générations futures, qui hériteront pour des milliers d’années des déchets nucléaires mortifères et de tous les matériaux radioactifs contaminés, que nous ne savons pas gérer.

Le nucléaire n’a pas d’avenir et pourrit notre avenir.

Ce Jeûne illimité, engagement puissant et non violent, s’adresse directement au gouvernement Français, afin qu’il promulgue une loi de sortie du nucléaire en 10 ans. Et en gage de respect vis-à-vis des citoyens français, la doyenne des centrales 900 MW, celle de Fessenheim, implantée en zone sismique, doit être arrêtée IMMEDIATEMENT, et un chantier-école de démantèlement mis en route.

Rappelons-nous les trois tremblements de terre en Alsace en 2005, dont un à 5,4 sur l’échelle de Richter, et la destruction de Bâle en 1356. De plus la centrale de Fessenheim est située en contre bas du grand canal d’Alsace. Si la digue se rompt, nul besoin de tsunami pour arriver au pire.

Cette initiative de Jeûne illimité ne se réfère à aucune confession, aucun parti et aucun syndicat en particulier. Parce que chaque être humain est doté de conscience et de bon sens, tout(e) citoyen(ne) de la Terre peut rejoindre et renforcer cette initiative. Nous sommes au pays d’Albert Schweitzer, qui lança son appel à la « La renonciation aux expériences nucléaires » en 1958.

Ce jeûne se déroulera à Colmar (bonne accessibilité en train). L’endroit sera défini en fonction du nombre de participants. Ce sera une intense période d’information sur les nuisances de la filière nucléaire mortifère et les alternatives pour la production et l’économie de l’électricité. Il débutera le lundi 18 avril, un peu plus d’une semaine avant le 26 avril, commémoration du début de la catastrophe de Tchernobyl, il y a 25 ans.






Source : Courriel à Reporterre.

Jean-Pierre Frick est un des jeûneurs. Contact : jean-pierre.frick (at) laposte.net

25 septembre 2020
En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan social
Enquête
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage