Un militant pour la justice climatique jugé au Havre le 7 janvier

Durée de lecture : 1 minute

5 janvier 2011 / Camp Action Climat


Le 7 janvier 2011, Romain sera jugé au Havre pour rébellion.

Une centaine d’activistes du climat s’étaient rassemblés le 16 octobre 2010 aux portes de la raffinerie Total de Normandie. Leur objectif était de bloquer son fonctionnement. L’action, prévue de longue date, s’inscrivait dans le cadre d’une semaine d’actions.

Les réseaux internationaux Global Minga et Climate Justice Action avaient lancé un appel à une semaine d’actions partout dans le monde entre le 12 et le 16 octobre 2010 contre l’industrie des énergies fossiles et pour la justice climatique et sociale.

Elle suivait le Camp Action Climat, qui a eu lieu en juillet au Havre.
Face à cette mobilisation non-violente et au grand jour, l’État a montré sa fébrilité en prenant un arrêté préfectoral dans l’urgence et en déployant des forces de police et de gendarmerie disproportionnées.

Préfet et Robocops face aux clowns, aux musiciens et aux danseurs sur fond de raffinerie. Jour de chasse dont il ne fallait pas rentrer bredouille : Romain s’est fait arrêter, puis inculper le lendemain à l’issue de sa garde à vue.

Le procès a lieu le vendredi 7 janvier 2011 au tribunal de grande instance du Havre à 9h00. 151 Bd de Strasbourg, Le Havre.

Nous appelons à un rassemblement devant le Tribunal de Grande Instance à partir de 8h00 pour réaffirmer notre légitimité et leur stupidité.

Au-delà du soutien à Romain, la justice que nous réclamons est climatique et sociale. Le 16 octobre, une plainte a été déposée contre Total. Le 7 janvier, vous ferez son procès.

Changeons le système, pas le climat !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.campclimat.org

Lire aussi : Ils veulent stopper Total

13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
Reportage
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
Reportage
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage




Du même auteur       Camp Action Climat