Faire un don
54957 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
69 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Un président qui roule dans un vieux tacot

Durée de lecture : 3 minutes

10 avril 2013 / AFP

On peut avoir du pouvoir et ne pas vouloir les signes du pouvoir. José Mujica, le président de l’Uruguay, continue à vivre simplement.


« Je ne suis pas un président pauvre, j’ai besoin de peu », explique à l’AFP l’iconoclaste président uruguayen José Mujica, qui reverse presque 90% de son salaire de 9.300 euros à une organisation d’aide au logement et critique la « société de consommation » ainsi que son « hypocrisie » sur la toxicomanie ou l’avortement.

« Je vis dans l’austérité, la renonciation. J’ai besoin de peu pour vivre. Je suis arrivé à cette conclusion parce que j’ai été prisonnier durant quatorze ans, dont dix où, si la nuit, on me donnait un matelas, j’étais content », raconte cet ancien guérillero tupamaro, emprisonné sous la dictature (1973-1985).

Elu président de l’Uruguay en 2010 sous la bannière d’une coalition de gauche, « Pépé », comme le surnomment les Uruguayens, affiche en effet de solides convictions concernant l’« esclavagisme » moderne consistant « à vivre pour travailler » au lieu de « travailler pour vivre ».

« Le bonheur sur terre (...) ce sont quatre ou cinq choses, les mêmes depuis l’époque de Homère : l’amour, les enfants, une poignée d’amis... », énumère ce président moustachu à l’allure débonnaire, qui ne porte jamais de cravate et apprécie peu les gardes du corps.

Une antienne développée à la tribune du Sommet de l’ONU pour la Terre de Rio, fin juin 2012, et son discours a depuis été vu plusieurs dizaines de milliers de fois sur des sites de partage de vidéo, lui attirant une renommée mondiale.

« Les pauvres ne sont pas ceux qui ont peu mais ceux qui veulent beaucoup », répète-t-il au cours d’un entretien accordé à l’AFP dans son bureau de la présidence encombré de maquettes, poupées et statuettes, offertes en grande partie par des investisseurs chinois.

Sa plus grande richesse ? Le temps. « Quand j’achète quelque chose avec de l’argent, je le paie avec le temps que j’ai passé à gagner cet argent », souligne celui qui a déclaré en mars 2012, à 76 ans, un patrimoine de 170.000 euros, constitué de sa ferme, deux vieilles Volkswagen, trois tracteurs et du matériel agricole.

Théoricien, il n’en reste pas moins politique. Et pragmatique. « Nous serions des imbéciles si nous n’intégrions pas (dans le Mercosur) celui qui a l’énergie », déclare-t-il notamment à propos de l’entrée récente du Venezuela dans le marché commun constitué de l’Argentine, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay.

« Je ne crois pas que la géopolitique détermine seule l’Histoire, mais elle existe, et il est très important » d’en tenir compte, explique-t-il.

Critiquant « l’hypocrisie » des sociétés modernes et des dirigeants mondiaux, il a aussi lancé en juin un vaste débat, qui a dépassé les frontières de ce petit pays de 3,3 millions d’habitants, sur la production et la vente de cannabis sous contrôle de l’Etat, afin de lutter contre le trafic et la toxicomanie.

« Toutes les addictions sont mauvaises », estime M. Mujica, pour autant, « il y a toujours eu de la drogue, les drogues sont bibliques » et « certains n’auraient pas peint ce qu’ils ont peint s’ils n’avaient pas consommé de la drogue... », ajoute-t-il, un sourire provocateur aux lèvres.

Interrogé sur l’interdiction de l’avortement alors que la gauche dirige le pays depuis 2005, il reconnaît des blocages « philosophiques, religieux, intimes », jusque dans les rangs de son parti.

Cette question « devrait être résolue par un vote direct de toutes les femmes d’Uruguay. Et que nous, les hommes, nous nous taisions ! », s’emporte-t-il.

A propos de la France, il déclare, ironique : « En bon pays sous-développé, nous admirons Paris ». Et poursuit : « Paris m’émerveille parce que toutes les formes de négritude qui existent au monde (y) sont représentées ». Avant de se réjouir : les Parisiens « vont tous finir café au lait ! »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : LePoint.fr

Photo : Senego

Ecouter aussi : Comment rénover la politique ?

13 décembre 2019
La Chine, une inquiétude pour le climat mondial
Info
13 décembre 2019
Face au changement climatique, des jardiniers et maraîchers cultivent les semences paysannes
Alternative
13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito