Un pylône électrique aurait été déboulonné dans l’est de la France

Durée de lecture : 1 minute

21 janvier 2013 / Des antinucléairEs du 55

En solidarité avec la lutte contre la ligne THT Cotentin Maine, des antinucléaires de la Meuse disent avoir endommagé un pylône électrique dans l’est de la France.


L’appel à actions décentralisées de l’assemblée anti-THT et antinucléaire du Chefresne
(Manche/Cotentin) a été entendu.

Aussi, dès l’annonce du bucheronnage d’arbres au bois auparavant occupé, nous nous
sommes apprêté-e-s.

C’est par le biais de la scie à métaux que nous avons souhaité
exprimer notre solidarité avec la lutte antinucléaire du Cotentin.
C’est à une ligne THT, comme nos ami-e-s de l’ouest, que nous nous
sommes attaqué-e-s ici, dans l’est.

Ainsi, nous avons mis à mal un de ces pantins métalliques reliant
la centrale nucléaire de Fessenheim à la région parisienne en
passant par Nogent-sur-Seine.

« Lequel ? » nous direz-vous. A RTE [Réseau de transport d’électricité] de découvrir LESquelS (avant qu’il ne tombe) !

Mettront-ils un jour un flic sous chaque pylône comme dans certains
lieu du Cotentin ?

Scie-lodarité !

Des antinucléairEs du 55 [Meuse].



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Lire aussi : Ligne THT Cotentin Maine : un déboulonnage a eu lieu fin décembre

16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info
17 octobre 2019
Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières
Info
16 octobre 2019
L’accès à l’eau, enjeu de la guerre turque en Syrie
Tribune