Une bonne initiative pour économiser l’énergie

Durée de lecture : 3 minutes

15 novembre 2008 / Agir pour l’environnement

Il y a des bonnes nouvelles ! En Bretagne, les autorités invitent les citoyens à économiser l’électricité, ce qui permettra de ne pas construire de nouvelles capacités de production.

En date du 12 novembre, le Réseau de Transport de l’Electricité, la Région Bretagne et l’Ademe ont invité les citoyens bretons à s’inscrire sur un site www.ouest-ecowatt.com, leur permettant de recevoir une alerte les invitant à reporter certains usages électriques durant les pics de consommation électrique intervenant épisodiquement entre 17h et 20h.
 
L’association Agir pour l’Environnement salue cette initiative qu’elle appelait de ses vœux depuis plusieurs années. En agissant en faveur d’un lissage des pointes de consommation, ces institutions tentent ainsi de responsabiliser les consommateurs d’électricité à l’impact climatique des kWh consommés en période de forte consommation. Chaque kWh supplémentaire, en période de forte consommation, consacré à l’éclairage a, par exemple, un bilan carbone avoisinant les 600 à 700 grammes de CO2.
 
Agir pour l’Environnement constate avec enthousiasme que le Réseau de Transport de l’Electricité est en train d’effectuer sa mue en prenant enfin en compte l’intérêt écologique et économique à mieux rationaliser les infrastructures existantes en lissant les pics de consommation.
 
Les pointes de consommation électrique nécessitent le recours à de vieilles centrales fioul et charbon, particulièrement climaticides, aptes à suivre ces brusques pointes de consommation et imposent un surdimensionnement des capacités de production et infrastructures de transport de l’électricité et ce pour quelques heures par an.
 
La France consomme en moyenne annuelle la production de 60.000 MW tout en étant dotée de capacités de production dépassant les 110.000 MW. En lissant les pics de consommation tout en menant à bien une grande politique de maîtrise de l’énergie, l’inutilité de nouvelles capacités de production électronucléaires (fournissant à notre pays une électricité de base déjà largement excédentaire) apparaîtra avec encore plus d’acuité.
 
Agir pour l’Environnement appelle le Ministre de l’Ecologie ainsi que les Régions à généraliser le plus rapidement possible cette initiative à tout le territoire national. L’association espère que les collectivités locales auront à cœur de suivre cet exemple en adoptant des arrêtés municipaux limitant les éclairages inutiles et publicités lumineuses en cas de pointes de consommation.
 
Agir pour l’Environnement appelle également l’ensemble des citoyens à limiter, dès à présent, les consommations électriques inutiles, tout au long de l’année et ce afin d’adopter un comportement écologique responsable.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.agirpourlenvironnement.o...

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative