Une carte « bus-vélo-voiture » à Belfort : plus besoin de posséder une voiture !

Durée de lecture : 3 minutes

8 avril 2013 / Optymo

A Belfort, une même carte permettra bientôt de passer du bus au vélo public et à la voiture partagé


Comment développer significativement la part du transport en commun dans les villes moyennes ? En misant sur une offre globale de mobilité. C’est le choix que propose Optymo pour Belfort.

La solution Optymo : une offre globale qui intègre tous les moyens de se déplacer, y compris la voiture.

Le Syndicat Mixte des Transports en Commun du Territoire de Belfort ne considère pas l’automobile comme une ennemie. Il compte au contraire en faire un moyen de développement du transport en commun urbain.

Pourquoi ? Parce que le choix du transport collectif doit s’accompagner de bénéfices immédiats, pratiques et économiques.
Or, si les utilisateurs potentiels des transports en commun sont obligés de posséder une voiture pour leurs déplacements non couverts de façon efficace par les transports en commun, ils ont intérêt à utiliser leur voiture tous les jours compte tenu de l’importance de ses coûts fixes.

Pour changer les comportements, il est donc nécessaire que l’offre de transports publics réponde aux besoins de déplacements quotidiens, courts et réguliers, mais aussi, à la demande de déplacements longs effectués en voiture.

Le service autopartage (ou voiture libre-service) s’intègrera dans une offre publique qui autorise à ceux qui font le choix économique et pratique d’abandonner leur véhicule de trouver une solution d’urgence ou de loisir à leurs déplacements longs et, occasionnellement, de courtes distances.

Répondre à tous les besoins de déplacements, courts et longs.

Grâce à la carte « Pass Optymo », les Belfortains auront accès à plusieurs modes de déplacement, dont la voiture.

Sur les trajets courts et urbains, la réponse du Syndicat Mixte des Transports en Commun du Territoire de Belfort est la suivante : un réseau à haut niveau de service avec une fréquence de bus élevée (de 5 et 10 minutes) et un maillage qui dessert tous les quartiers de l’agglomération, associé à une offre de vélos en libre-service.

Sur les trajets plus longs, la voiture en libre-service (ou autopartage) sera à disposition de ceux qui feront le choix économique et pratique de ne plus posséder de véhicule en ville : ils disposeront ainsi d’une solution pour leurs déplacements longs.

Le client Optymo profitera ainsi d’une voiture en se libérant des contraintes de sa
possession (prix d’achat, entretien, stationnement, assurance, etc.). En outre, il réalisera une économie conséquente de l’ordre de 500 € par mois (coût mensuel moyen d’une voiture), ce qui représente un gain important de pouvoir d’achat.

Acte I : lancement du vélo libre-service Optymo, le 22 avril 2013.

Le 22 avril, le Syndicat Mixte des Transports en Commun du Territoire de Belfort inaugurera ses 21 stations et ses 200 vélos en libre-service. Ils seront répartis selon un maillage étudié : des stations à proximité des arrêts de bus et des pôles d’activités, entre le centre-ville et les autres quartiers, en complémentarité avec l’offre de bus.

Il s’agit d’un vélo au design urbain. Il est « intelligent » et communiquant grâce à son boîtier de commande remontant les informations au serveur central. Il dispose d’une transmission sans chaîne avec un système 3 vitesses, des pneus anti-crevaison, un
éclairage à leds, une selle confortable et adaptable, hautement sécurisé en et hors station, robuste, et très ergonomique.

L’accès au service se fait directement sur le vélo. La prise en main est facile et rapide : il suffira de passer son Pass Optymo sur le cadran équipé du vélo. Et pour ceux qui n’ont pas le Pass, il est possible d’utiliser un code délivré par téléphone en appelant un numéro cristal. Cette offre évoluera vers des locations de vélos en longue durée, une augmentation du parc de prêt (700 vélos) et des stations sécurisées.

A l’automne, c’est le réseau de bus qui basculera vers un réseau à haut niveau de service avec des lignes à fréquence de passage de 5 minutes. Puis, en décembre, viendra l’autopartage.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre d’Optymo

Photo : LeMonde.fr

Lire aussi : Une voiture en autopartage remplace neuf voitures individuelles

9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage