Faire un don
33067 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
41 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Une cuisine végétale toute en douceur et en partage

Durée de lecture : 2 minutes

18 novembre 2019

Derrière cette Cantine Vagabonde se cache une petite cuisine soignée, pleine de poésie et de joie, qui puise de-ci de-là dans les différentes cultures et leurs multiples ingrédients, un voyage intérieur où l’on n’est pas à l’abri d’une heureuse surprise en ouvrant son champ des possibles.

  • Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :

Derrière cette Cantine Vagabonde se cache une petite cuisine soignée, pleine de poésie et de joie, qui puise de-ci de-là dans les différentes cultures et leurs multiples ingrédients, un voyage intérieur où l’on n’est pas à l’abri d’une heureuse surprise en ouvrant son champ des possibles. Lila Djeddi, cuisinière humaniste, propose de changer notre regard sur la cuisine de tous les jours, pour donner plus que tout du sens à ce geste essentiel, pour y mettre de l’engagement citoyen, de la réflexion, aussi, pour trouver les petites astuces d’organisation qui allègent notre charge mentale, pour être dans le partage, la beauté et la gourmandise, et ce plusieurs fois par jour.

Remercier par un contrat solidaire un producteur qui nous nourrit, acheter en vrac, troquer, se grouper, faire parfois avec seulement quelques restes, s’organiser quand on aime paresser, accepter la contrainte, qui pousse à expérimenter et à créer, boycotter quand il le faut, éveiller les sens et se remplir le cœur… autant d’idées réjouissantes qu’elle nous livre dans son manifeste du gai manger pour se régaler d’une cuisine végétale tout en délicatesse. Et de son carnet de recettes, elle tire une douceur de vivre qui rend heureux. Poires rôties au cumin, crème coco-cardamome, crunchy noisette, guacamole fruité à la pomme, tortillas de navets primeur, petits pois et coulis de tomates à l’estragon, salade de pastèque et de courgette jaune, oignon rose, menthe, roquette, céleri-branche et cacahuète grillée… : petit à petit, tout prend du sens, tout sonne juste.

  • Lila Djeddi a ouvert en 2012 la Cantine Vagabonde, où elle propose une cuisine bio, végétarienne et de saison, qui soutient les producteurs et les artisans qui ont l’amour du produit bien fait.

Engagée dans le bien-manger et le mieux consommer, elle livre ses petits plats par vélo triporteur, composte toutes ses épluchures et approvisionne en fruits bio et de saison à prix coûtant une école de son quartier.

Aujourd’hui, elle se consacre pleinement aux ateliers de cuisine, au conseil, à la formation en alimentation végétale, bio et engagée. Elle œuvre au quotidien à démocratiser l’écologie pour tous et le gai manger, toujours assaisonné d’une bonne dose d’amour, de plaisir et de joie.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre
9 décembre 2019
« La grève est écologique : elle limite la production »
Entretien
10 décembre 2019
En refusant de réglementer la publicité, le gouvernement sacrifie l’écologie
Tribune
9 décembre 2019
Les zadistes de la Cagette des terres ravitaillent et réchauffent les luttes
Reportage