Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

Une grande compagnie abandonne le gaz de schiste en Autriche


Le géant pétrolier et gazier autrichien OMV a annoncé lundi 17 septembre qu’il renonçait à un projet d’extraction de gaz de schiste en Basse-Autriche, au nord de Vienne, pour des raisons essentiellement économiques.

OMV a étudié depuis plusieurs mois la possibilité de procéder à des forages pour extraire du gaz de schiste dans le Weinviertel, une région au nord de Vienne. Ce projet n’a économiquement pas de sens pour le moment, a expliqué en conférence de presse un responsable de l’entreprise, Christoph Veit.

Il n’y a pour l’instant pas d’autres projets en Autriche, a-t-il ajouté. La société envisageait à partir de 2013 deux forages pour permettre l’extraction de gaz de schiste, dans le Weinviertel.

L’organisation écologique Greenpeace s’est félicitée de cette décision. Visiblement, OMV s’est aperçu que nous n’avons pas besoin de ce gaz, a-t-elle expliqué dans un communiqué publié lundi. L’association estime qu’un abandon volontaire n’est pas suffisant, réclamant une interdiction générale.

La fracturation hydraulique à haute intensité représente actuellement la seule méthode d’extraction de gaz de schiste.

Cette technique controversée consiste à fracturer la roche à grande profondeur (1.500 à 3.000 mètres) avec un mélange d’eau, de sédiments et de produits chimiques projetés à haute pression, afin de libérer les hydrocarbures.

Le président français François Hollande a affiché le 14 septembre une ligne de conduite ferme sur les gaz de schiste, lors de la conférence environnementale, en annonçant le rejet de sept demandes de permis soupçonnés de viser cette ressource énergétique controversée.

Il a également réaffirmé l’interdiction du recours à la fracturation hydraulique, bannie en France depuis juin 2011.


Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront des avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende