Une habitante de Neuilly défend son bien

Durée de lecture : 2 minutes

18 novembre 2009 / Jeudi Noir

Un appartement vide depuis... 1965. Des habitants l’occupent. Ils sont poursuivis en justice.


Il aura donc fallu moins d’un mois pour que se tienne l’audience du bâtiment de 2000m² réquisitionné place des Vosges par Jeudi-Noir à l’occasion de la trêve hivernale.

A l’audience jeudi, les habitants se verront peut être réclamer 69 663 € par mois à compter du 31 octobre et 1 500 € d’astreinte par jour de retard… soit environ 115.000 euros par mois pour les 12 personnes assignées.

115 000 euros par mois, c’est la somme proprement hallucinante qu’ose demander la propriétaire pour ce bâtiment vide depuis 1965 !

C’est donc une propriétaire de 87 ans, née à Neuilly et propriétaire par ailleurs d’autres hôtels particuliers dans la capitale qui réclame pas moins de 86 SMIC mensuels aux 12 habitants assignés, soit la coquette somme de 9500 euros par personne et par mois. De quoi rattraper un peu le gâchis de n’avoir jamais loué cet immeuble depuis qu’il a été acheté en 1963 et vidé en 1965 !

Les jeunes actifs paient les loyers les plus chers, mais interrogé, Benoits Apparu ne voit pas de blocage générationnel sur le logement… (http://www.la-croix.com/article/ind...)

« Au-delà du cas particulier de la propriétaire, cette affaire illustre une double carence de l’Etat » selon Julien, de Jeudi-Noir : « Celle de l’Etat en tant que tuteur, car la propriétaire est sous tutelle depuis mars 2009 et aucun projet n’est envisagé pour le bâtiment ; carence de l’Etat sur le plan du logement car rien n’a permis de contrecarrer l’abandon du bâtiment depuis 44 ans ».

« Au contraire, une proposition socialiste visant à lutter contre le logement vacant vient même d’être retoquée au Sénat » explique Manuel de Jeudi-Noir (http://www.cbanque.com/actu/13391/l...)

Stéphane, Lila ou Samantha et leurs colocataires entendent rééquilibrer le droit à la propriété en faveur du droit au logement. A l’inverse de Benoist Apparu, eux n’ignorent pas que le logement constitue avec l’emploi le point de cristallisation principal des difficultés des jeunes actifs aujourd’hui.

..................................

RDV Audience
jeudi 19 novembre 14h
Tribunal d’instance du 4e

2 place Baudoyer – 75004 Paris

-------------------------------------------------


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

source : Courriel à Reporterre

Contact : http://www.jeudi-noir.org/?lang=fr

Lire aussi : Occupation d’un immeuble vide depuis des années : 53 000 euros http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Jeudi Noir