Une lettre sensible adressée à la Terre

Durée de lecture : 2 minutes

16 septembre 2019 / Geneviève Azam



Dans « Lettre à la Terre », Geneviève Azam écrit à « cette correspondante étrange, vivante et sensible, blessée », qui lui répond avec un appel vibrant à désobéir.

  • Présentation du livre à ses éditeurs :

Serions-nous accablés par les données chiffrées des désastres écologiques, soumis à l’administration des catastrophes et aux mirages d’un capitalisme vert, privés de notre univers sensible, au point d’assister passivement à une histoire « sans nous » et sans « nous », à un exil sans retour ?

Pour conjurer ce destin, Geneviève Azam écrit une lettre à la Terre. Comment une terrestre peut-elle s’adresser à cette correspondante étrange, vivante et sensible, blessée, à cette présence à la fois bienfaisante et menaçante, irréductible, à la Terre-mère, à la Terre-mémoire ? En disant l’effroi, les attachements réciproques, les histoires communes et les lueurs d’un soulèvement éthique et politique pour défendre son altérité et les mondes qu’elle abrite.

La Terre se rebelle. Elle menace, elle déjoue les « lois » de l’économie et sabote les projets d’une illusoire toute-puissance. Sa part sauvage réveille nos sens asphyxiés. Comment nous allier pour résister à ce monde injuste, dégradant et mortifère ?

La Terre répond aux terrestres avec un appel vibrant à désobéir et à défaire sans attendre ce qui menace la pérennité et la dignité de la vie.


  • Lettre à la Terre — Et la Terre répond, de Geneviève Azam, Éd Seuil, 192 p., 17 euros.




Lire aussi : « La crise grecque montre que le capitalisme n’est plus compatible avec la démocratie »
11 juillet 2020
Pièges à lapin, plantes comestibles et purificateurs d’eau : j’ai suivi un stage survivaliste
Reportage
10 juillet 2020
EPR : la Cour des comptes étrille la filière nucléaire
Info
11 juillet 2020
Politiques, grands patrons, paysans... « La cause animale est transpartisane »
Entretien




Du même auteur       Geneviève Azam