Une première : ils vont manifester... dans un train

Durée de lecture : 1 minute

26 mars 2012 / Association des élus pour la défense du Cévenol

Le « Cévenol », train qui relie Clermont-Ferrand à Marseille, est promis à l’extinction par le gouvernement et la SNCF. Sauf qu’élus et citoyens résistent avec tenacité contre cette fermeture d’un lien essentiel au Massif central. Prochaine action : une manifestation... dans le train, le 30 mars.


Afin de s’opposer à la SUPPRESSION PROGRAMMÉE de la desserte du Cévenol entre NÎMES et MARSEILLE à partir de décembre 2012 et de sensibiliser l’opinion publique sur cette question très importante pour son avenir de train "Grandes Lignes", l’association organise une manifestation le vendredi 30 mars 2012.

Afin de lui donner une dimension particulière et symbolique pour bien marquer les esprits, celle-ci se déroulera directement dans « Le Cévenol » entre Langeac (14h06) et Langogne (15h35) où une conférence de presse sera organisée. Retour prévu par la rame Corail de sens inverse, Langogne (16h16) - Langeac (17h45).

Tous dans le Cévenol le 30 mars 2012 !

L’Association compte sur la présence du plus grand nombre pour mettre en avant la dynamique collective qui existe en faveur du maintien et du bon fonctionnement de ce « train d’équilibre du territoire ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Sourceet photo : Association des élus pour la défense du Cévenol

Lire aussi : LGV : plutôt Lille-Dijon que Paris-Clermont Ferrand-Lyon

18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative