Une première vigie citoyenne pour Notre Dame des Landes a eu lieu à Paris

Durée de lecture : 2 minutes

18 octobre 2012 / Eva Deront (Reporterre)


Des membres de l’ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des populations concernées par le Projet d’Aéroport) venus de Nantes ont tenu une vigie citoyenne en face du ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, mercredi 17 octobre.

Par leur simple présence, sans tractage, ces habitants des alentours de Notre Dame des Landes ont cherché à informer leurs concitoyens du tour précipité qu’ont pris les événements de ce début de semaine : les maisons vidées mardi 16 octobre étaient, un jour plus tard, démolies par les forces de l’ordre afin d’éviter toute réoccupation. Face à une intervention musclée, les occupants ont répondu pacifiquement et ne cachent pas leur intention de réinvestir les lieux d’une façon ou d’une autre. Sur place, les comités organisent le relogement temporaire de ces personnes venues soutenir les « futurs expulsés légaux », qui bénéficient pour le moment d’une trêve judiciaire, le temps que soient examinés les recours déposés contre les procédures d’expropriation. Cette différence de statut, mise en exergue par les autorités pour rassurer la population, est rejetée en bloc par les occupants. Une distinction factice selon eux, médiatisée pour cacher la forte solidarité présente entre les occupants des lieux, « historiques » ou non.

Si la résistance physique joue un rôle clef dans l’opposition au début des travaux, tous ses acteurs soulignent cependant l’importance d’une mobilisation nationale. En plus de son poids politique, elle apporterait un soutien moral permettant aux occupants de tenir. Les vigies citoyennes, déjà organisées dans diverses villes de France majoritairement dans les environs de Nantes mais également à Quimper, Toulouse et Paris, en sont une des possibles variantes. Dans les semaines à venir, les organisateurs initiaux espèrent que des groupes régionaux prendront le relais pour assurer des vigies régulières, de manière quasi hebdomadaire en ce qui concerne la capitale.

Car si ce combat trouve aujourd’hui encore trop peu de résonance dans les médias, Notre Dame des Landes n’est pas une lutte locale qui ne concernerait qu’une poignée de Nantais. Elle est un condensé des absurdités auxquelles chacun a eu un jour affaire : surdité des élus, plans obsolètes (vieux de quarante ans en l’occurrence), non efficience économique, décisions arbitraires, destructions des habitats naturels. Et avant tout, hypocrisie généralisée d’une ère de la transition écologique où l’on bâtit un « aéroport Haute Qualité Environnementale » (label accordé au projet). L’oxymore ferait presque sourire s’il n’était réel.

Pour aider à l’organisation de vigies citoyennes : acipa.info (arobase) free.fr



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Eva Deront pour Reporterre

Photo : Twitter

Lire aussi : Notre Dame des landes : début des vigies à Paris

21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête




Du même auteur       Eva Deront (Reporterre)